mardi 2 novembre 2010

Île de Penang, ville de Georgetown!


23 Octobre 2010…

Plusieurs heures de recherche ont valu la palme pour ce service d’autobus que David nous a déniché sur le net. Un service de bus privé, qui se prend pratiquement pour une compagnie aérienne! Et ils ont bien raison d’être fier! Voici les détails…

La gare d’autobus étant en rénovations, quelqu’un de brillant a eu l’idée de créer un service privé à partir d’un hôtel du centre-ville de KL. Aeroline, le nom de cette compagnie. Un gros bus jaune à deux étages. Au bas, un salon et « meeting room » et les sièges au deuxième. Les sièges sont larges et confortables, oreillers et couvertures inclus! Même un repose pied! Nous avons réservé les deux premiers sièges à l’avant, vue panoramique sur la route. L’heure de départ est arrivée, l’agent de bord annonce la durée du trajet, les conditions météo, l’heure d’arrivée prévue, nous annonce qu’il y aura un repas servi dans quelques instant, avec un breuvage chaud et que nous ferons un bref arrêt en route. On a même l’électricité pour brancher le « flip top »! Le grand luxe pour cinq heures de route! Bravo!

Penang étant le nom de l’état et également de l’ile sur laquelle se trouve la plus grande ville, Georgetown. Les Britanniques baptisèrent ainsi leur nouvelle colonie en l'honneur du roi George III. En 1826, les comptoirs de Penang, Melaka et de Singapour devinrent une partie de la colonie dirigée en grande partie par la compagnie anglaise des indes orientales. La ville connut une croissance continue avec son activité portuaire, bien qu'elle se fit damer le pion par Singapour sur la route transcontinentale. L'immigration continue de Chinois depuis le XIXe siècle jusqu'aux années 30 explique la majorité d'origine chinoise. De nos jours, Penang est le seul État de Malaisie sans majorité malaise.

En arrivant à Pénang, le bus s’arrête dans un quartier branché avec des boutiques et des restos partout. Nous sommes dans le nouveau Pénang, celui où les tours d’habitations de luxe et les centres d’achats affluent partout. Cependant, notre hôtel se trouve dans le vieux centre-ville. On nous indique qu’ici, les taxis sont à tarifs fixes, pas de compteurs, mais qu’il est toujours possible de marchander. Après quelques arguments avec un chauffeur, pour RM25 (8,50$ CAN), nous embarquons! Sur la route, on a peine à voir les différents aspects de la ville, on roule vite, mal de tête routinier de transport et faim, il fait noir, il est déjà tard!

David a réservé l’hôtel sur internet la veille, judicieusement choisi par leur site. Hôtel Grand Continental Penang, membre de la chaîne Grand International. Oh. My. God. … Depuis la Chine, on n’avait pas eu de chambre comme celle-là. Pas très propre, vieille. Le tapis sal et taché, la salle de bain avec quelques moisissures et une douche qui lance partout! L’air conditionné qui fonctionne aléatoirement, l’odeur de cigarette imprégnée dans les murs. En plus, ils n’avaient pas la réservation en main, mais la transaction avait bien été faite sur la carte de crédit. Bon, nous serons indulgents, nous avons connu pire! Ce n’est que pour une nuit! Dès ce soir, nous reprenons les recherches pour un nouvel endroit pour demain!

Cette fois, nous n’avons rien réservé sur le net, mais nous avons repérer quelques adresses que nous irons visiter. La ville de Pénang n’étant pas très vaste, les hôtels étant tous assez près les uns des autres, nous marchons pour trouver. Sur la route, nous visitons deux établissements, le deuxième ayant toutes les commodités que nous désirons. Au cœur du quartier touristique, resto, déjeuner inclus, gym, internet, près des restos, tout y est. Nous sommes maintenant au Royal Penang Hotel! Ça dit tout! Après plus d’une heure au gym, on décide d’aller faire du repérage dans les environs. On marche près de la mer, on voit de vieux édifices en ruine un peu partout dans la ville. Décidément, l’UNESCO vient de faire son œuvre et a déclaré plusieurs de ces édifices comme patrimoine mondial. Mais pour la plus part, ils ont brûlé ou sont tout simplement en train de tombé complètement. Pour l’instant, ils ne favorisent pas le décor, souhaitons que le travail de reconstruction se fasse rapidement! Ce que je doute fort…

Nous continuons notre chemin en cherchant un resto ouvert. Nous sommes dimanche, il n’y a rien d’ouvert! Surprenant pour une ville touristique! Tout en marchant, on se retrouve dans Little India. Musique forte sur la rue à travers les différents stands de trucs à vendre, plein de monde partout, il y a là une ambiance particulière qui me plaie beaucoup. Très peu d’étrangers, c’est plutôt surprenant. On se déniche une gargote chinoise, un peu plus haut vers notre hôtel. Soupe au tofu et légumes, nouilles sautées aux légumes, nous sommes de retour à notre bouffe orientale! Aux prix de l’Asie qu’on aime tant! RM14 (4,66$), le prix total du souper pour deux personnes! De retour à l’hôtel, jasette express avec les joyeux lurons de St-Hubert, la visite de Québec et de Trois-Rivières sur place! Tout en mangeant une collation, du PFK pour faire de beaux rêves!

Une autre journée qui commence avec un bon déjeuner buffet à notre super hôtel, une belle grosse tournée au gym et retour dehors sous le soleil pour une longue marche dans la ville, sur les traces des rues que nous avons visité hier, mais cette fois, les différentes attraction s sont ouvertes! On visite le musée d’histoire de Penang, bien intéressant et expliquant bien toutes les différentes cultures qui ont forgé le peuple de cette île. Les influences sont nombreuses, la Chine, l’Inde, le Pakistan, les Anglais et bien sur les Malais. Tout est bien décrit et exposé comme rarement nous avons vu en Asie.

Une fois bien rafraîchit par la clim de ce musée, nous reprenons notre route pour la visite du Fort Cornwallis. Rien d’exceptionnel, les ruines des fortifications, des panneaux qui expliquent les différents commerces portuaires, des reprises du musée historique. On fait le tour rapidement, pour ensuite aller au port pour trouver l’endroit où se procurer les billets pour le ferry qui va à l’île de Langkawi, notre prochaine destination. Encore une fois, on se croirait dans Astérix, dans la maison des fous, à chercher le laisser-passé A-38. Après des recherches pas très convaincantes, on décide d’acheter sur le net… moins de troubles et le même prix. Retour à la maison, on mange une bonne salade césar au passage, dans un resto où la serveuse reprend David et son anglais comme s’il était l’idiot du village...

Ce n’est pas tous les jours que nous avons un programme chargé, et aujourd’hui, c’est comme un dimanche. Déjeuner, chambre, gym, chambre, resto, chambre, placotte avec la famille sur le net et dodo… Ça fait du bien des journées comme ça!


Dernière journée à Pénang, préparation de notre itinéraire pour se rendre à Langkawi. Après une heure au Gym, nous trouvons un hôtel sur la prochaine ile et complétons les préparatifs. En après-midi, gros luxe, prendre un café au Starbuck avec nos livres, belle journée ensoleillée, magnifique! Demain nous partirons tôt! Soyons prêt!

Début de journée assez intense. Réveillée à 4h30, debout à 5h00. Deux cafés tout en jasant sur le net, David toujours dans les bras de Morphée… Debout à 6h45 le chanceux, on quitte l’hôtel à 7h15 pour notre bateau qui est à 8h30. On n’est vraiment pas en retard… Quelques détours de la part du chauffeur de taxi, qui a su caché son compteur sous sa casquette pour cette course. Très judicieux cet homme, parce que le prix demandé est nettement trop élevé pour la distance, que nous ne voulions simplement pas faire à pied, avec nos sacs.

Le ferry est un bateau qui date de quelques années (1970-72 environ) et son confort le traduit bien. À l’embarquement, tous les passagers sont entassés dans la même pièce, là où les bouches d’air climatisé semblent refroidir tout le continent. Il fait FROID, pas possible! VRAIMENT! Trois heures de navigation, en boule sur mon banc, avec le capuchon de mon polar sur la tête, mon manteau de pluie enroulé autour de mes jambes, mes lunettes de soleil pour m’éviter une conjonctivite, pour aller sur une île supposément paradisiaque! Méchant contraste!

Vite on descend de ce congélateur, nous voici à Langkawi! Superbe île, beau décor. Avec toutes ces activités matinales, on n’a pas encore mangé! On s’arrête pour un diner santé chez Kenny Rogers Roster! De là, on planifie nos prochain jours, soit le départ pour la Thaïlande ou le séjour prolongé dans un resort de Langkawi. On récolte toutes les informations possible, et prenons notre ticket pour le taxi qui nous mènera à l’hôtel.

Un type d’une cinquantaine d’année avancé, nous prend en charge pour cette course. Il nous indique de le suivre et arrivé au trottoir, nous fait signe d’attendre ici. Patiemment, on attend son retour. Un mini-van début ’90, fenêtres ouvertes, avec la clim (plutôt rare les deux ensembles ici). En route, malgré le signe « no smoking » sur le tableau de bord, on réalise que notre chauffeur se fume un ti joint! À la vitesse qu’on roule, y’a pas de doute, ça doit être thérapeutique! Il n’est pas pressé. Et il répète le nom de notre hôtel, comme pour ne pas l’oublier :Asia, Asia… je répète après lui : No, Azio! Il me répond : Yes, Asiiiiia… No AziOOO! Finalement, il n’a aucune idée d’où se trouve notre hôtel! Il s’arrête pour demander à ses amis sur le bord de la rue, par chance que nous avons payé un tarif fixe! On trouve notre adresse pas très loin, nous y sommes et il lit doucement : A-Z-I-O, ha!... New Place – est son dernier argument pour ne pas perdre la face!

Notre matinée bien remplie (et la bédaine aussi) on relax un peu avant de reprendre la route et aller à la recherche de notre resort pour les prochains jours. On veut une belle place, piscine, gym, plage et resto sur place. Un autre taxi nous amène à un site que nous avions repéré sur internet, visite de la place et décevante conclusion avec la réceptionniste. On repart à la marche, s’il le faut, nous visiterons TOUS les resorts de l’île!

Après au moins une dizaine de visites, notre conclusion est : Demain, la Thaïlande! On ne perdra pas notre temps sur une île où la plus part des hôtels sont trop cher pour ce qu’elles offrent, les plages sans extravagance, et drapeau rouge pour la baignade, parce que trop de jelly fishs. Retour à la maison pour finaliser notre départ demain matin, nous partirons sur le ferry de 9h30, direction Satun, Thaïlande.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire