mercredi 6 octobre 2010

Da Nang et Hop! Hoi An!


26 September 2010...


Ce matin, nous nous sommes levés avant le soleil. Ce qui m’a permis d’admirer le lever du soleil sur la mer. Magnifique, du haut de notre balcon au huitième étage! Encore plus magnifique, puisque seulement 25$!!! Le service de l’hôtel est super en plus. Puisque nous prenons l’avion assez tôt, le manager nous propose le transport à l’aéroport en voiture privé, pour 10$, 50 minutes avec un chauffeur, sur une route sinueuse qui longe la mer…

À l’aéroport, en attendant l’embarquement, nous prenons le temps de déguster une bonne Phò (soupe traditionnelle aux nouilles de riz, quelques légumes et bœuf). En file pour l’enregistrement, c’est n’importe quoi! Très peu de gens respectent les files d’attente, à peu près juste les occidentaux. Les autres, ils se ruent sur le guichet pour être le premier… pas beaucoup de discipline pour les files, et ça, ça m’énerve depuis la Chine!

Vol court à bord d’un avion tout neuf! Vietnam Airlines, billets pour environ 54$ par personne. Les vols intérieurs ne sont vraiment pas chers en Asie, très bon avantage! On avait le choix entre la route pendant 12 heures ou un vol d’une heure… Qu’en pensez-vous?

À Da Nang, à l’atterrissage, nous descendons sur la piste, montons dans un bus pour ensuite faire environ 100 mètres de distances. À la sortie de l’aérogare, les taxis se font tous plaisir en tentant de nous faire monter, tous à prix trop élevé. Après plusieurs taxis qui ne sont pas intéressés à nous conduire, puisque nous voulons payer le prix du compteur, nous en trouvons un, finalement, qui est bien gentil et nous mène à l’hôtel que nous avions repéré dans le guide et sur internet.

Oh, non, ce ne sera pas ici que nous dormirons… Et là, ça commence! Recherche d’un hôtel dans la ville. À la sortie de ce premier (que nous avions choisi pourtant) notre taxi est toujours sur place et nous suggère un autre endroit, qui selon le guide, est un endroit de luxe. On y va. Euh… non, pas ici non plus… Cette fois, on prend notre courage à marcher avec nos sacs à plus 1000 degrés dans les rues de cette ville. Nous visitons pratiquement tous les hôtels que nous croisons. En plus de se faire harceler par les moto bikes, qui veulent tous nous conduire à leur MEILLEUR HÔTEL de la ville. Au bout de presque deux heures de marche, nous visitons un dernier établissement (en fait, David visite pendant que je reste en bas pour reprendre mon souffle, arrêter ma tremblette et surveiller les sacs) tout en sachant très bien que nous ne voulons pas rester dans ce genre d’établissement. Au retour de David dans le lobby, nous prenons la décision de ne pas rester dans cette ville, d’aller directement à la prochaine, et de partir, maintenant! 45 minutes de route en taxi! On se la joue lousse dans les dépenses!

Pas trop de recherche cette fois pour se dénicher un bon endroit pour la nuit. Au Orient Hotel, nous optons pour une grande chambre familiale, trois (!!) grands lits (on aurait pu avoir de la visite!), salle de bain avec jacuzzi, balcon qui donne sur la cour arrière de l’hôtel, piscine et déjeuner inclus pour 45$ US la nuit. Et puisque la nuit a été courte, que la marche de deux heures en ville a été un peu pénible, on profite du reste de la journée pour se la coulée douce, visite du cœur de la vieille ville. . Un peu fatigué, nous en profitons pour aller prendre une bouchée. Je goûte un plat typique de la région, le Cau Lau. Grosses nouilles de riz cuites dans une eau parfumée, légumes et morceaux de porc. Un délice!

Voici selon Wikipédia, la meilleure description de cette ville et de son histoire :

Hội An est une ville du Viêt Nam, située dans la province de Quảng Nam, à trente kilomètres au sud de Đà Nẵng, sur la rivière Thu Bồn. Elle compte 75 000 habitants. La vieille ville de Hội An est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO. Hội An était une ville prospère, située sur les routes maritimes du commerce de la soie. Elle connut une expansion à partir du quinzième siècle, les riches marchands y installèrent des comptoirs et construisirent de grandes et solides maisons en bois. Suite à l'ensablement de la rivière, l'activité du port a décliné au profit de celui de Đà Nẵng.

Divers styles architecturaux se retrouvent à Hội An : chinois, japonais, français et bien sur vietnamiens. Huit cent quarante-quatre bâtiments sont répertoriés pour leur intérêt historique et architectural. L'un des monuments les plus intéressants est le pont-pagode japonais, un pont couvert construit en 1593 pour relier les quartiers habités par les communautés chinoises et japonaises. Chaque extrémité est gardée par un couple de statues, figurant des chiens d'un côté et des singes de l'autre (la construction ayant débuté l’année du singe pour finir l’année du chien). De nombreuses maisons sont construites dans un bois noir et très dur, le jaquier. Les maisons aux façades colorées de jaune et aux volets bleus qui se reflètent dans la rivière, le trafic des sampans (petits bateaux chinois), son marché riche aux mille produits, parfums et saveurs sont autant d'images typiques de la ville. Au petit matin les pêcheurs amènent leur prises nocturnes au très pittoresque marché aux poissons.

Deuxième journée à Hoi An, nous changeons d’hôtel. On a repéré hier sur notre route un endroit qui nous offre un confort tout aussi bien, mêmes commodités à une fraction du prix. Mais la chambre est décoré un peu ‘’kétaine’’ et vieillot, style chinois, murs, plafond et plancher en bois. Tellement grande cette chambre que nous avons même improvisé un plancher de danse. Un balcon avec table et chaises. Dès notre arrivée, le personnel est super sympathique ! Nous décidons d’aller visiter un site archéologique My Son, encore avec un chauffeur privé ! Je commence à y prendre goût…

Un peu d’histoire sur My Son, encore selon Wikipédia :

Le sanctuaire de Mỹ Sơn est un ensemble de temples chams (civilisation Cham qui reigna sur la zone centrale du Viêt Nam moderne entre les IIe et XVIIe siècles.), situé dans la province de Quảng Nam au Viêt Nam, à soixante-neuf kilomètres au sud-ouest de Đà Nẵng. Il est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1999.

Le site a été occupé par les Chams du IVe au XIIIe siècle. Les ruines actuellement visibles datent d'une période allant du VIIe au XIIIe siècle. Elles comprennent les restes d'environ soixante-dix temples et édifices annexes. Leur architecture en briques rouges est assez remarquable. À partir de cette période, Mỹ Sơn occupe un rôle central dans la vie religieuse du Champâ (Royaume Cham) : les rois successifs embellissent le site et viennent s'y recueillir lors de leur accession au trône. L'édification de nouveaux temples est particulièrement active aux VIIIe et IXe siècles.

Les ruines de Mỹ Sơn furent découvertes en 1889 par Camille Paris. Henri Parmentier inventoria et catégorisa les édifices. Durant la guerre du Viêt Nam, les ruines furent endommagées par les B-52 américains.

Bon, le site n’est pas très bien entretenu, les ruines sont rudimentaires. Besoin de beaucoup d’imagination pour ‘’voir’’ ce que c’était. Angkor au Cambodge est de loin mieux exploité. Mais bon, à chacun sa façon de faire…



Au retour de cette belle balade, la gentille fille de l’hôtel me voit jouer dans les tissus (soie) de la boutique. Hoi An est la ville du sur-mesure. Le Vietnam est le pays de la soie ! C’est ici que vous pouvez vous faire faire des vêtements, habits, chemises, robes de soirée en soie, souliers, bottes, manteaux d’hiver, le tout, selon vos propres mesures et prêt en 24 heures ! Je me laisse tenter par la finesse de la soie… et la gentillesse de la jeune couturière ! Premier achat de fille depuis quatre mois ! Je suis sage…

Ce soir, nous organisons notre départ pour Hue, cette fois en bus. Nous partirons demain midi, pour une route qui durera environ quatre heures. Mais avant de partir, l’influence chinoise de cette ville nous fait revivre la bouffe de rue. Pour souper, on se régale d’un plat de riz au poulet, acheté sur la rue. On se bourre amplement pour un gros 2$, l’Asie est parfois très surprenante !









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire