samedi 30 octobre 2010

Kuala Lumpur


Vendredi 15 octobre 2010 Est-ce le jour du concours de dessins???

Nous sommes vendredi après-midi et nous arrivons à Kuala Lumpur, après près de 3 heures de route dans un autobus assez confortable. La gare d’autobus de la ville est en rénovations, ce qui nous mène à plusieurs km à l’extérieur de la ville. La route Melaka- Kuala Lumpur nous a coûté RM27 (pour 2), et notre déplacement entre la gare et le centre-ville nous coûtera RM70! Pas d’économie ici!

Nous nous rendons dans le quartier City Center (KLCC). Ayant repéré quelques adresses sur le net avant de partir, nous ferons quelques visites avant de s’installer. Les premiers établissements visités sont tous complets, c’est le début du weekend… Nous cherchons dans les quelques rues de ce quartier qui a bien du charme. L’influence indienne se fait bien sentir, presque toutes les gargotes offrent de la bouffe parfumée de leurs fabuleuses épices importées.

C’est derrière un jardin chinois privé que nous découvrons un hôtel superbe, on visite les différents types de chambres offerts et nous choisissons la suite. Oui, encore la suite! Pour RM300 (100$CDN) nous avons une spacieuse chambre, internet, lit super confo, balcon et déjeuner inclus! Tout un deal! La chambre était originalement à RM495. Pourquoi avons-nous un si bon rabais? Nul ne le sait! Mais on en profite!

En soirée, la faim se fait sentir. Tout près de chez nous, un grand boulevard, avec une multitude de restaurants, tous plus chers les uns les autres! Nous choisissons un buffet Pakistanais. WOW! Bouffe savoureuse et abondante! Choix judicieux pour RM25 (8,33$ CAN) chacun! Retour à la chambre ensuite pour profiter du balcon et de l’internet, jasette avec la famille et les amis!

Première journée d’exploration à Kuala Lumpur, nous suivons la piste de notre guide Lonely Planet, qui propose un circuit pédestre à travers différents quartiers de la ville, dont Chinatown. Des édifices d’époques, des boutiques de souvenirs, des temples… Ça fait un bout qu’on en visite des Chinatown! Mais étrangement, c’est l’endroit où je me sens le mieux… Je me suis habituée à Crache, Tousse, Pet et Mouche, ils sont devenus chaleureux!

Sur notre route, une visite à la librairie s’impose. Nous en ressortons chacun avec notre lecture des prochains jours, ayant dévoré trop rapidement l’autre livre que j’avais trouvé. J’en choisi donc un avec un peu plus de pages, quand même pas trop lourd, qui me durera un peu plus longtemps! En face de la librairie, le marché central. Le Paradis du Faux! Ici, tout a une marque! Gucci, Prada, Luis Vuitton, Channel, Armani, Police, D&G! Elles sont toutes là! Des sacs à main, des souliers, des vêtements pour homme, des montres, des lunettes de soleil, des ceintures… Tout ce que vous cherchez se trouve ici, à prix très concurrentiels! On vous laisse même fixer le prix vous-même. Tout comme en Chine, on entend des ‘’Goode Price, cheaper for you!’’ un peu partout! Une paire de lunette pour David à RM15 (5$), et après avoir marchandé le prix d’une ceinture jusqu’à la dernière minute, et que le vendeur accepte l’offre de David à RM15, elle est trop petite! C’est fait pour les ping pong! Et on a pas le size ping pong! Nous quittons le marché pour continuer notre route, une halte au McDo pour une pause air clim et un snack vite fait. Pour finir le circuit, encore la visite de 2 temples, rapidement.

Il est déjà 17h00, on est dans le trafic, dans un taxi qui n’avance pas mais le compteur lui, oui! On décide alors d’en sortir et de continué notre course à pied, s’arrêtant au « mini-mart » pour faire quelques provisions pour la soirée, eau, bière et nouilles instantanées!

Deuxième journée de découverte, on marche quelques km encore pour se rendre aux tours Petronas. Les tours jumelles de la Malaisie.

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Tours_Petronas
Un must à voir dans cette ville. Les deux tours sont reliées par une passerelle au 41ième étage. Il y a un observatoire où vous pouvez vous rendre, mais les places sont limitées et les billets partent vite, très tôt le matin. Comme nous ne sommes vraiment pas pressés le matin, ben, on en a pas de billets pour monter!! Nous irons plutôt se promener dans la « Galeri Petronas », boutiques aux premiers étages de ces tours. Ici, Gucci, Prada, Luis Vuitton, Channel, Armani, Police, D&G, et j’en passe, que du VRAI! À un prix nettement différent qu’au marché! Les hommes et les femmes se pavanent avec leurs sacs plein les mains, le contraste est flagrant! On est au cœur de KLCC, ça respire le $$$!

Au quatrième étage, se trouve le musée des sciences Petrosains. Un musée interactif, une tournée qui devrait durée environ 2h30 selon la préposée à l’accueil. Nous y allons, nous avons bien du temps à tuer avant la tombée du jour, David désirant faire des photos des tours allumées.

Musée interactif, ça veut aussi dire, musée pour enfants! Nous sommes les deux seuls adultes sans enfant à faire le tour de cet endroit. Mais nous ne sommes pas intimidé du tout, nous aussi, on touche à tout! On tente toutes les expériences proposées, on fait les tours de simulateurs, on lit les panneaux, on test un tremblement de terre, et on apprend comment est fait le pétrole. Pétronas est la compagnie pétrolière la plus puissante de l’Asie-du-Sud-est, et le musée en est le reflet. Ils sont bons pour l’environnement et pour la société, ils ont à cœur la famille et les enfants, on se croirait dans un pavillon de l’expo universelle de Shanghai (Chine) tellement ça sent la propagande à plein nez!

À notre sortie, 3 heures plus tard, il est déjà 18h00. On s’installe au Chilli’s pour une bonne salade César et des ailes de poulet piquantes! À la sortie du resto, le soleil s’est couché et la vue des tours est incroyable. C’est vraiment très beau. Marche dans le parc qui nous mène au centre des congrès de KL, ensuite à travers les tours de condo de luxe de la ville. Décidément, on a pas tous le même budget! Sur le chemin du retour, un quatuor jazz sur la rue, près d’une fontaine et de quelques boutiques de luxe. Ils sont vraiment très bons musiciens, des airs connus que tous fredonnent en écoutant. David fasciné par ses photos, moi par la musique, j’aurais arrêté le temps…


Troisième journée : on déménage! La veille, nous avions demandé à allonger notre séjour, mais malheureusement, l’établissement est plein et il est impossible de rester. Mais sur la route pour les Petronas Towers, nous avons visité le Crown Regency Service Suites. Une grosse tour, sans charme, mais avec toutes les commodités possibles! Piscine, gym, spa complet, resto/café, pour les services, et les suites sont de types appartements! Une cuisine complète, un salon, chambre séparée, le grand confort! On s’y installe pour quelques jours, en plus, c’est moins cher qu’à l’autre endroit! Vite, on court au marché pour nous faire des provisions et planifier de bons repas maison! Enfin! Je cuisine! Depuis Shanghai (début juin), je n’avais pas rejoué à ça!

Jour 4 : Après le work out, la visite de la KL Tower :

 http://fr.wikipedia.org/wiki/KL_Tower


Une tour qui ressemble à la tour du CN de Toronto, mais un peu plus basse, qui a un observatoire et quelques attractions au bas. On s’y rend à pied. La tour est située au sommet d’une colline, bon exercice! Belle végétation tout au long de la montée. Arrivé à la tour, avant de monter, on prend notre photo, sur un fond de feux d’artifices qui ne représente même pas la tour où la ville de KL… On se fait plaisir en leur offrant la photo la plus ridicule qu’ils ont eu de leur journée! On monte jusqu’à 250m d’altitude. On nous remet un audiophone qui nous guide sur les différents attraits de la ville. Visite plutôt agréable, malgré qu’elle soit très peu originale. En redescendant, on voit le résultat de notre photo... on a réussi! Elle est vraiment ridicule!


Notre billet nous donne aussi accès à un essai de F1 (?) et à l’entrée au mini-zoo. Pour la F1, on devrait plutôt dire un tour de Playstation, je suis Jacques Villeneuve et je pars en 27ième position. Après un tour de piste, la jeune fille vient nous dire que c’est terminé. C’était l’attraction la plus ridicule de la semaine! Maintenant le mini-zoo… serpents, perroquets, tortues, araignées, ratons laveurs, lapins, souris et singes. C’est tout! Rien d’exceptionnel. David profite de l’occasion pour tenter d’apprendre quelques mots au Gris d’Afrique perché devant lui… « Gros Cave » répètera-t-il un jour?

Pour les prochains jours, notre routine sera simple. Repas à la maison, gym pour mise en forme, marche pour les provisions et organisation pour la Thaïlande. Aller-retour à l’ambassade de la Thaïlande, une première fois pour savoir que nous ne sommes pas du tout à la bonne heure pour faire une demande de visa, la deuxième le lendemain pour déposer la demande en avant-midi, la troisième pour récupérer nos papiers!

Pour ceux que ça intéresse… le visa thaïlandais : est gratuit et s’obtient à la frontière si vous voyager par la route. Il sera alors valide pour une durée de 15 jours.

Si vous voyager par avion, il s’obtient aussi à la frontière, à l’arrivée, il est aussi gratuit. Mais cette fois, il est valide pour une durée de 30 jours.

Et finalement, si vous faites la demande de votre visa en personne à l’ambassade, il est toujours gratuit et valide pour une durée de 90 jours. Vous pouvez entrez en Thaïlande par mer, terre et air!

Pour faire la demande de votre visa, vous aurez besoin de votre passeport, d’une photo d’identité et d’un stylo! (il n’y en a pas sur place!) Le dépôt des demandes à l’ambassade se fait le matin entre 9h00 et 11h30. La collecte de vos documents se fait elle, le lendemain, en après-midi, entre 14h30 et 17h00. Et vous verrez comme ils sont souriants et sympathiques! (not…)

Pour notre ixième journée à KL, j’ai perdu le compte, nous allons visiter le KL Bird Park :

http://en.wikipedia.org/wiki/Kuala_Lumpur_Bird_Park


La plus grosse volière au monde. Il y a même des endroits où les oiseaux sont complètement en liberté. Endroit magnifique! Il pleut un peu, ce qui rend le plancher un peu glissant! Mais attention! Qui dit oiseaux en liberté, dit aussi chute d’excrément inattendue possible! Et David l’a su bien assez vite! En plein front! Une belle grosse! Blanche et liquide! Je n’ai pas pu l’aider pour s’en débarrassé, j’étais trop occupé à rire! C’est le t-shirt qui en héritera, aucun autre moyen possible!

Nous sommes ensuite inondés par une belle pluie. L’idée de rebrousser chemin nous traverse l’esprit mais à RM90 pour cette attraction, on va finir la visite qui ne fait que commencer! Après la pluie et notre délicatesse glacée, nous marchons à travers les différents thèmes de ce parc. Les perroquets, les aigles, les paons, les hérons et j’en passe. Le site est magnifique et vraiment bien organisé. On a l’occasion de voir un homme nourrir les flamands roses et des grands hérons blancs avec de petits poissons gelés. On s’approche tranquillement de leur butin (sur le trottoir) et d’un grand nombre d’oiseaux, quand soudainement, David se fait « snapper » le bras et pratiquement attaquer par un grand héron vilain qui protège son snack! Passe à travers ces quelques bêtes sans trop faire de bruit, d’un pas lent et sans agressivité, et reprenons notre route dans le parc.

Après près de trois heures de visite (en comptant le temps d’arrêt pour la pluie), nous décidons de retourner à la maison en taxi, le parc étant assez loin du centre-ville. Dehors, les taxis sont régis par un service. Tarif fixe pour se rendre aux Petronas Tours RM20. Non merci! Il nous en a coûté environ RM6 pour venir! On décide de marché hors du parc, s’éloigner des attrapes touristes et de trouver un taxi nous même sur la route. Pour RM5, nous sommes à destinations, ¬nous aurons marché moins de 10 minutes avant d’avoir un taxi.

Il est maintenant temps d’envisager un départ. Pas que nous soyons pressé de partir, mais il ne faut pas prendre racine non plus! (Ce qui serait bien facile…)

Notre prochaine destination, l’île de Penang. Un peu plus au nord du la Malaisie, nous irons voir la mer et cette ville historique. Après de bonnes longues recherches sur le net de la part de David, il achète nos billets pour le bus et réserve la chambre d’hôtel. Nous quittons demain, 15h30, ce qui nous laisse le temps d’aller déjeuner, s’entraîner et relaxer avant de partir! ¬

dimanche 24 octobre 2010

Melaka ou Malacca, c’est au choix!



12 Octobre 2010...

Singapore nous a remplie de belles images, une ville de discipline et de propreté qui contraste vraiment avec le reste de l’Asie! Mais toute bonne chose a une fin et un prix, il est temps d’aller explorer la Malaisie.

En quittant notre hôtel, nous n’avions pas de réelle décision prise sur comment se rendre à Melaka. Nous avions visité le terminus d’autobus la veille, ce qui nous mettait sur une bonne piste. Nous avons, on peu dire, assez d’expérience maintenant pour ne plus s’en faire avec les transports en commun asiatique. Notre idée est de faire un bout en bus vers la frontière Malaise et par la suite, trouver un autre bus vers l’ancien premier port en importance du pays.

Après notre dernier déjeuner au Subway, nous partons vers ce terminus (qui contraste pas mal avec la modernité de la ville), il est environ 10h30. Arrivé sur place, après une dizaine de minutes à marcher, un homme nous demande notre destination, il nous indique de se procurer les billets maintenant, nous pointe un bus jaune sur la rue. C’est celui qui se rend directement à Melaka (sans transfert). Au guichet, nous croisons un autre homme qui, lui aussi, nous demande notre destination, c’est le chauffeur. On achète donc deux billets et hop! Dans l’autobus! Le départ est à 11h00! Quelle chance!

Sur le chemin, nous devons franchir les douanes. Jusqu’à maintenant, nos expériences de douanes nous ont laissé un peu craintifs et nous prenons maintenant nos précautions! Être les derniers en ligne, c’est ce qu’il y a de mieux à faire. Et pendant que nous attendons, nous sommes attentifs aux comportements des voyageurs et des douaniers. Ici, tout est bien organiser. La première douane est celle de Singapore, c’est le système le plus sophistiqué que j’ai vu en termes de traitement de passeport et de rapidité. Nous obtenons notre nouvelle étampe rapidement. On reprend le bus, pour quelques mètres de route, et arrivons aux douanes de la Malaisie. Le visa touristique s’obtient à la frontière, pour une durée de 90 jours. Ce qui devrait nous laissé assez de temps pour faire le tour! Au passage, nos sacs sont scannés, aucune question encore, tout est beau! Retour au bus pour les dernières trois heures de route qu’il nous reste à faire.

La gare de bus de Melaka se situe dans le quartier nommé Sentral. On a deux options pour se rendre au cœur de la vieille ville, le taxi ou le bus local. Ici, les taxis n’on t pas de compteurs. Ils font les courses à leur prix, et bien sur, à fort prix! Nous acceptons les RM15 (5$) du premier qui s’arrête pour nous prendre, après tout, nous de savons pas quelle est la réelle distance à parcourir. Au cœur de la ville, notre chauffeur nous dépose sur Town Square, juste en face du Chinatown. La plupart des guesthouses se trouvent dans Chinatown, nous ferons le reste à pied. Soleil de plomb et journée magnifique pour marché avec un sac sur le dos! Malheureusement, nous ne trouvons rien à notre goût dans ce quartier, nous rebroussons chemin vers le quartier Sentral, en visitant tout ce qui peut ressembler à un hôtel, mais ici, il faudra mettre le prix si nous désirons une chambre propre et surtout, ce qui est rare dans les prix que nous étions habitué de payer ailleurs, des toilettes privées. Même au Laos, le pays le plus pauvre que nous ayons visité dans ce voyage, les chambres étaient plus propres, moins cher et mieux organisées! Fatigué et en perte de bonne humeur, nous décidons de reprendre un taxi pour retourner dans la vielle ville.

Le chauffeur qui nous prend pour cette course est un vrai personnage de film (Mr Magou)! Premièrement, il ne sait pas lire. Quand David lui indique sur la carte la rue où nous désirons nous rendre, il lui demande de le lire à sa place. Mais son malais n’étant pas encore à son meilleur (c’est la 1e journée quand même), je ne crois pas que le chauffeur ait compris. Il nous demande ce que nous cherchons, à quel prix, etc. Il nous dit que pour RM 100 (divise par trois pour le $CDN), nous aurons une très belle chambre !!! Décidément, ça fait longtemps que ce vieil homme n’a pas mis les pieds dans les hôtels de sa ville! Il nous propose de faire le tour de quelques établissements avec nous, ce que nous acceptons. Après tout, on a rien à perdre et il a l’air climatisé dans son vieux Toyota Crown 1984! Nous irons visiter trois établissements avec cet homme, et ne voulant pas abuser de sa gentillesse, on lui dit que nous avons choisi le dernier visité pour qu’il nous y laisse. Je crois qu’il aurait aimé continuer toute la journée!

Mais ce n’était pas le cas! Le dernier hôtel visité avait des chambres tellement petites qu’il aurait été difficile de nous y imaginer à deux là dedans! Nous reprenons notre courage pour continuer nos visites. Nous avons dû visiter presque tous les hôtels du vieux quartier. Près de deux heures de marche pour se trouver une chambre.

Puis nous retournons au Hash House Hôtel, le préposé à la réception nous offrait un « deal » de 10% sur le prix de RM118 lors de notre première visite plus tôt, que nous avions refusé. Nous lui demandions de nous faire ce même prix sur une chambre plus grande, puisqu’il n’y a personne de toutes façons dans cet hôtel. Malheureusement, il n’a pas accepté. À notre retour, nous lui disons que nous acceptions son offre de 10% d’escompte sur la chambre à RM118. À notre grande surprise (je crois qu’il n’avait pas beaucoup d’expérience), il refuse notre demande, et nous propose ceci : la chambre De Luxe, au prix de la standard, moins 10%!!! De RM 118, nous sommes maintenant rendus à RM89! Proposition acceptée, pas besoin de faire le calcul pour voir que c’est un énorme rabais, qu’il n’est pas conscient de son erreur, mais voilà, je lui donne tout de suite ma carte de crédit pour que la transaction se fasse le plus rapidement possible! Et Enfin! Nous sommes installés pour les prochains jours, dans la plus petite chambre De Luxe que nous ayons eu! Lavage de vêtements et marche de repérage en soirée, grosse journée après tout!



Premier matin à Melaka, qu’est-ce qu’on mange??? Le concept restaurant déjeuner n’est pas développé en Asie. Et notre hôtel n’offre pas de déjeuners non plus. Un moindre mal pour ce matin, nous mangerons de la pizza (pour David) et des pâtes pour moi, puisque de toutes façons, il est déjà midi.

Un peu d’histoire sur Malacca : La première mention écrite connue de Malacca provient d'un texte chinois qui relate une mission à Malacca en 1403. Située sur une grande voie de commerce international entre d'un coté la Chine et d'autre part, l'Inde et le Moyen-Orient, la cité-État devint rapidement le port le plus important de la région. Les marchands musulmans jouaient un rôle prépondérant dans ce commerce.

L'expansionnisme du royaume thai d'Ayutthaya (1350-1767) est une menace pour Malacca. En 1405, la cité cherche la protection de la Chine. L'amiral chinois musulman Zheng He vient plusieurs fois à Malacca de 1405 à 1433, à la tête d'une énorme flotte. Le quartier de Bukit Cina témoigne de l'établissement de Chinois, qui considéraient qu'il avait le meilleur Feng Shui de la cité. Le cimetière chinois de Malaka est le plus grand cimetière chinois du monde hors de Chine.

Malacca est prise en 1511 par le vice-roi portugais des Indes, Afonso de Albuquerque, parti de Goa à la tête d'une flotte de dix-huit bateaux et 1 200 hommes. La prospérité de Malacca reposait sur un réseau commercial musulman dans lequel les Portugais n'arrivent pas à s'intégrer. Avec les Portugais, le commerce de Malacca décline rapidement. La cité est prise dans divers conflit les opposants aux royaumes voisins pour le contrôle des voix maritimes. La prise de Malacca par les Portugais aura eu deux conséquences fondamentales : la rupture du réseau des marchands de l'Asie du Sud-Est insulaire et péninsulaire, et la christianisation de l'est de l'archipel indonésien.

En 1641, les Hollandais de la Compagnie hollandaise des Indes orientales, prennent à leur tour Malacca aux Portugais. Pour eux aussi, l'importance de Malacca résidait dans sa position sur le détroit. Les Hollandais signent en outre des accords commerciaux avec plusieurs États de la péninsule pour s'approvisionner en étain. Dans les années 1670, les Hollandais ouvrent un comptoir sur la côte est de Sumatra, d'où provient l'étain dont ils contrôlent le commerce avec Malacca. Les droits perçus sur ce commerce forment une part importante des revenus de la ville. Mais le commerce de Malacca entre en déclin.

En 1795 (en Europe), le gouverneur militaire de Hollande se réfugie en Angleterre devant l'invasion des armées françaises. D'Angleterre, il envoie une série d'instructions à ses administrateurs pour qu'ils cèdent les territoires néerlandais, dont Malacca, à l'Angleterre pour qu'ils ne tombent pas aux mains des Français. Finalement, Malacca est cédée aux Britanniques par le Traité de Londres de 1824, qui scelle la séparation entre la péninsule et Sumatra et la coupure du monde malais en deux.

De 1826 à 1946, Malacca fut gouvernée par les Anglais tout comme Singapore et Penang. Après la dissolution des colonies de la Couronne, Malacca et Penang participèrent à l'Union malaise, qui prendra ensuite le nom de Malaisie.

Notre première journée de visite nous mène au musée maritime en premier lieu. Un bateau, réplique des bateaux portugais à l’époque de la colonisation, fait guise de musée. À l’intérieur, l’histoire complète des différents colonisateurs depuis le 14e siècle : les sultans musulmans, les portugais, les hollandais et pour finir, les anglais. Ça grouille de monde sur ce bateau, de petit monde! Une classe de minis « Ping Pong » est en visite au musée. Tous avec leurs uniformes, ils courent et crient sur le bateau. Heureusement, ils semblent être sur la fin de leur visite, on leur laisse toute la place pour qu’ils finissent de s’exciter au maximum, nous serons tranquille par la suite!

La visite se veut bien intéressante. Tous les panneaux sont en malais et en anglais. L’intérieur du bateau est climatisé, les Portugais avaient bien du confort au 14ième siècle!!! On apprend plein de choses sur l’arrivée de la monnaie ente autre, le développement économique de l’Asie. Le point de rencontre des Indes et de la Chine, qui menait Malacca au rend de principal port de mer, bien avant Singapore. Mais malheureusement pour Malacca, elle n’est plus de taille à compétitionner avec sa voisine…

La deuxième partie du musée est moins intéressante. Des brides d’explications volées de l’autre bâtiment, la même histoire, racontée dans des salles plus formelles. Rapidement nous en faisons le tour, c’était inclus dans le prix d’entrée! C’est assez! On retourne dehors!

On reprend donc la marche, en direction de Chinatown. Sur le chemin, on longe un canal qui divise la ville en deux. Il est même possible d’y faire une balade en bateau, tout de suite après la prière! Au coût de RM 10 par personne, nous irons faire cette belle balade.

On nous fait monter à bord du bateau pour la croisière. Quelques chinois, quelques européens, nous, et quelques hommes locaux, qui n’avaient visiblement rien d’autre à faire aujourd’hui. Le capitaine prend quelques photos des touristes à bord, et il lance sa trame musicale : Rivers of Babylon, de 1978! Vous savez, LA tounne qui demeure le plus longtemps dans la tête! On s’éclate de rire en l’entendant, l’autrichienne devant nous en fait tout autant. Parions qu’elle la chante encore à ce jour, tout comme nous (même 10 jours plus tard)!

La balade, qui dure environ 45 minutes, nous fait voir les différents quartiers de la vieille ville. Principalement, le quartier chinois et le quartier malais, avec ses maisons à l’architecture bien différente de l’architecture chinoise. Au passage, des reptiles dont je ne connais le nom, font une sieste à l’ombre sur une branche, trois beaux spécimens. Le capitaine recule même pour que tous puissent prendre des photos. De retour devant l’entrée du Chinatown, on descent pour retourner marcher les rues de ce quartier.

C’est l’endroit des « bébelles ». Des boutiques de souvenirs, presque tous des choses manufacturé en Chine ou en Thaïlande! Rien de très original ici, et toutes les boutiques offrent les mêmes objets. On en fait quand même le tour, pour se divertir et pour profiter de la clim. Certaines boutiques valent la peine d’être vue pour l’architecture des lieux. Souvent, à l’intérieur de ces longues maisons, on trouve au centre, un jardin intérieur, à ciel ouvert, aménagé avec des plantes et des bassins de poissons. Magnifique. Ces maisons rappellent un peu celles de Mui Né, au Vietnam. Elles avaient la même vocation, c'est-à-dire commerciale et résidentielle, en même temps. Les commerces avaient pignon sur rue à l’avant, l’entrepôt à l’arrière, l’aire de repos au centre et chambre et séjour à l’étage. Belle balade, qui se termine au Starbuck pour un frappucino à la crème brûlée et un morceau de gâteau au fromage… Miam !

En soirée, après avoir ratissé tous les restos de fastfood de la ville, nous décidons d’essayer la gargote près du mail. C’est plein de locaux, ça grouille de monde dans les cuisines extérieures, soyons prudent avec nos choix. Un bol de nouilles sautées aux crevettes pour moi, pilons de poulet et Dry Mee (plat de nouilles assaisonnées) pour David. Encore une fois, on découvre une cuisine goûteuse et très abordable! Pour 5$CDN (pour 2), nous avons très bien mangé, et en quelques minutes seulement! Belle découverte!

Deuxième journée à Melaka, visite des différents musées. Nous commençons par un déjeuner chez Burger King, encore une fois, c’est plus un diner… Ensuite, la visite du musée islamique. Bien heureux d’en apprendre encore un peu plus sur cette religion, le musée est bien fait pour son côté instructif. La plus part des explications sont en anglais, ce qui nous permet vraiment de bien comprendre. Visite assez rapide, mais pour RM1 chacun, c’est un incontournable et nous en sommes très heureux!

Tout de suite après, la porte à côté, l’entrée de l’église catholique St-Paul. Elle se situe au sommet de la colline, de la rue, seules les marches pour y monter sont visibles. Go! Un peu d’exercice! Je vous ai déjà dit qu’il fait chaud ici? !!! Tout au haut de ces marches, les ruines d’une église du 17ième siècle, construite par les portugais, se tiennent encore debout. Des plaques de granit gravées, en une langue que je ne comprends pas, mais encore lisible malgré le temps. Sous la sacristie, les tombeaux des religieux de l’époque, quelques pièces de monnaie lancé en signe d’offrandes. Malheureusement, il n’y a aucunes explications sur le site. Retour vers le bas de la colline, la Porte St-Andrews, une des seules reliques des fortifications érigées par les portugais pour protéger leurs campements!

Tout près de là, la réplique du Palais du Sultan. Pour un gros RM 2 par personne (0.66$) on peut faire la visite de ce musée. On a rien à perdre d’aller voir! Belle représentation de la salle d’audience, mais pour le reste, l’histoire demeure très singulière. Des scènes de guerre, de bagarres armées, d’échange d’épouses (échanger comme une monnaie je dis bien!) et quelques scènes d’échanges commerciales. C’EST PLATTE! On fini presque la visite au pas de course, en plus, un groupe d’enfants viennent d’arriver, ils sont plus bruillants qu’un corp de clairons!

Nous passerons ensuite par un petit marché où l’on trouve toutes sortes de trucs inutiles pour les touristes et nous visitons rapidement une église catholique, construite par les Hollandais pour continuer notre chemin vers l’hôtel où nous ferons une petite sieste avant le souper…

Dernière attraction de la journée, une tour avec un observatoire pivotant. C’est rempli de jeunes étudiants en sortie de groupe, on doit s’assoir EXACTEMENT où le préposé nous demande, pas de négociations! Propulsé au sommet, on voit en quelques minutes toute la ville et ses attraits. La mer, les îles, les différents hôtels et mails commerciaux, le canal, les différents quartiers, la vue est bien belle. Retour à notre gargote bien appréciée. En soirée, nous préparons notre départ pour Kuala Lumpur, demain.

Cette fois, bus local pour se rendre au terminus d’autobus. Pour monter à bord de ce bus, rien de plus facile! Mettre son masque et costume de routard, sac au dos, marcher le long de la route et le bus s’arrêtera par lui-même! Pour RM1 chacun, nous serons au terminal en moins de 15 minutes. La vie est si simple en Asie!...


samedi 16 octobre 2010

La plus sage ville au monde!

Singapore, le 9 octobre 2010


Notre vol sur Vietnam Airlines était presque parfait! De bons sièges avec de la place pour les jambes, un bon choix de films, de musiques et pas d’ami étrange collé sur nous. Mis à part la bouffe, qui était vraiment pas bonne, tout s’est bien déroulé. À l’atterrissage, nous sommes à côté d’un Airbus 380, de Singapore Airlines, gros bétail! L’aérogare est spacieuse et moderne, nous sommes dans un monde occidental-asiatique! Les belles boutiques, les restos, les douanes bien organisées, tout est parfait! Sur place, il y a même un comptoir où on peut se choisir un hôtel selon le quartier où nous désirons séjourner. On prend quelques infos, mais nous préférons quand même attendre d’être sur le terrain pour choisir. Rien ne vaut une bonne visite des lieux pour faire le bon choix! Ensuite, nous nous rendons au kiosque de service de taxi. Quatre choix s’offrent à nous : le service limo, grosse van Mercedes pour 6 passagers, le service limo Mercedes (classe C) pour 2 personnes, le taxi régulier, voitures récentes et assez luxueuse, et le shuttle. Pour notre budget de pauvre à Singapore, on opte pour le dernier! C’est donc pour 18S$ que nous ferons la route entre l’aéroport et Little India, le quartier routard de la ville. (1S$ = 0.75$ CDN)

Nous commençons les visites. Le premier hôtel, 130S$ la nuit, sent la moisissure, pas très propre… plus loin, les guesthouses, avec des dortoirs à 35S$ par personne, pas de salle de bain privé… l’Hôtel 81, 90S$ la nuit, chambre sans fenêtre… Et le Mayo Hôtel, 130S$ la nuit, petite terrasse en arrière, pas de réelle fenêtre, mais une salle de bain qui nous ‘’close’’ comme le dit si bien David! Au cœur de Little India, on ne pouvait pas trouver mieux!

Un peu d’histoire : Cité-État et île au bout de la péninsule malaise dont elle est séparée par le détroit de Johor, Singapour est connue dans le monde entier et souvent montrée en exemple pour son extraordinaire réussite économique. Après l'indépendance, en 1965, Singapour a su avec très peu de ressources naturelles et des problèmes socio-économiques importants (émeutes raciales, chômage massif, difficultés de logement et d'accès à l'eau), devenir un des pays les plus développés et les plus prospères du monde. La ville, cité souveraine, est un réduit chinois au cœur même du monde malais : la population est très majoritairement composée de Chinois (76,8%). De cette confrontation ethnique sont nés en partie les troubles qui ont accéléré son retrait de la Malaisie, le 9 août 1965.

Dans les années 1980, le pays fait partie des quatre dragons asiatiques, des états en transition et au développement économique effréné. En 2009, Singapore est le 4e pays au monde en termes de PPA par habitant après le Qatar, le Luxembourg et la Norvège. Plaque tournante commerciale et financière entre la zone Pacifique et l'Europe, la ville doit son essor à sa situation maritime exceptionnelle à l'extrémité est du détroit de Malacca : C'est la cité marchande aux confins de l'Orient, le premier port au monde en termes d'exportations et de trafic maritime. La population Singapourienne dispose d'un très haut niveau de vie et la Cité-État est souvent surnommée « La Suisse d'Asie ». En 2009, Singapore affichait ainsi la plus forte concentration de millionnaires rapportés à la population totale devançant Hong-Kong, la Suisse, le Qatar et le Koweït. Présentant une stabilité politique remarquable, Singapore est considérée aujourd'hui comme une démocratie autoritaire, avec la même famille au pouvoir depuis l'indépendance. La Cité-État est donc considérée comme un pays pratiquant le libéralisme économique sans le libéralisme politique. La société Singapourienne est réputée pour son fort conservatisme.

Singapore est surement la ville la moins dangereuse du monde. Les lois sur le comportement social sont réputées très strictes (certains disent que « Tout ce qui est amusant est interdit à Singapore »). Le maintien de l'ordre est assuré par un corps de police dont la plus grande partie des membres agit en civil, permettant ainsi de surveiller toutes entorses à la loi de manière plus efficace. La législation est d’ailleurs appliquée strictement tant aux nationaux qu’aux étrangers. Il y a ici des règles hyper strictes, tel, interdit de fumer dans les endroits publics (500 S$ d’amende), traverser la rue à un endroit non désigné (50S$ d’amende), ne pas manger de gomme (ils n’en vendent même pas), ne pas jeter de mégot de cigarette dans la rue (1000S$ d’amende), interdit de cracher par terre, jeter un papier par terre (1000S$ d’amende), manger ou boire dans les transport public (500S$), et j’en passe. Ce qui fait que la ville est l’endroit le plus propre que j’ai vu de toute ma vie …

Notre hôtel est situé juste à côté de la Mosquée, on a droit à l’appel à la prière cinq fois par jour. Étrangement, je trouve ça apaisant cet appel… On sort pour le souper, trouvons une gargote indienne tout près de la Mosquée. Poulet en sauce et riz jaune, légumes marinés et autres sont les principaux éléments de cet énorme repas! C’est magnifiquement bon. Cependant, impossible de tout manger, le proprio du resto semble même un peu offusqué que nous en laissions. Le bedon bien plein, retour à l’hôtel pour se remettre de notre journée de transport, et de l’effet des antibiotiques qui me ruine l’énergie.

Première journée de découverte à Singapore. La ville n’est pas très grande, mais il y a quand même un million de choses à voir. Le Lonely Planet, notre nouveau guide, nous indique même un itinéraire pour un séjour de deux ou quatre jours. Nous suivons ses conseils et partons à la marche. Quelle belle ville! Je ne le dirai jamais assez!

Nous marchons donc de Little India jusqu’à Orchard Road, rue de toutes les plus belles boutiques du monde. Toutes les marques y sont! Et ici, pas de réplique! Que des originaux! Je regarde les vitrines, j’admire les beaux vêtements et les beaux sacs à mains, je salive devant les souliers et les magnifiques bijoux.

Après tout ce lèche vitrine, nous prenons le métro, qui nous semble une réplique du métro de Shanghai (la station Pudong entre autre). Propre et efficace, avec des gens souriants qui nous indiquent la bonne route. Nous nous rendons dans le quartier financier, voir la skyline. En face de nous, l’hôtel Marina Bay Sands, un des plus gros hôtels au monde. Trois tours réunies par une plateforme au sommet, qui surplombe le port d’un côté (le plus gros du monde), une marina, un casino et un centre commercial à la hauteur de Singapore, un club de golf, et l’océan pour finir. Au sommet, sur la plateforme, un resto avec une terrasse magnifique et une piscine qui semble se déverser dans le néant… Encore, nous faisons le tour de la galerie commerciale, quelques photos de la F1 en démo dans le hall. Assez de luxe pour aujourd’hui, continuons notre chemin.

De l’autre côté de la marina, après avoir traversé le superbe pont, la piste de F1 et le Singapore Fly, une énorme grande roue (la plus grande au monde) qui surplombe toute la ville et l’océan. Attraction majeure à voir, on s’y rend. 38S$ par personne, c’est pas donné! Le tour dure environ 30 minutes, assez pour contempler la vue qui est à couper le souffle (et suffisamment long pour endurer les cinq fifilles chinoises qui se prennent en photo et ne regardent nullement dehors, elles tentent toutes plutôt d’avoir David dans l’objectif de leurs caméras!!!) En sortant de là, c’est un Mcdo qui nous attend! Le premier depuis trois mois au moins!


Pour dépenser ces belles calories, on reprend le pas vers le City Hall et le Court House. C’est journée de portes ouvertes! La visite des lieux est gratuite. On a encore de la chance pour une attraction gratuite! Visite des lieux assez rapide, nos croisons de groupes corporatifs qui font du team building en ateliers… que de souvenirs! Sur le chemin du retour, toujours à pied, nous visitons le parc de Fort Canning (le Mont Royal de Singapore). Au pied de la montagne, un mariage capte notre attention au Musée National. Nous reviendrons demain pour la visite de ce site. Retour à l’hôtel pour l’appel à la prière de 19h00…

Jour deux de visite : on marche! Première destination, le jardin botanique. Encore une attraction gratuite! Le lieu est grandiose. Divisé en plusieurs parties, on y voit des spécimens d’arbres et de fleurs splendides. Il fait encore 1000° et un soleil de plomb. Nous visitons le Evolution Center, qui nous explique l’évolution de la végétation sur la terre depuis sa création. Nous continuons notre balade jusqu’à la forêt tropicale. À l’entrée de celle-ci, un serpent perché sur une branche nous y accueille. Belle balade dans la forêt sur un sentier aménagé. Un peu plus loin, un singe perché sur la rampe du sentier, mange sa collation. Il nous regarde s’intéressé à lui, ne fait pas trop de cas, jusqu’à ce qu’il sente son fruit menacé! Impressionnant. Nous terminons cette visite par une bonne salade au resto du jardin, 13S$ pour une salade césar au poulet, on se paie la traite! Reprenons la route pour la prochaine attraction.

Le Musée National offre une exposition gratuite sur les cadeaux des Présidents. Belle exposition dans un musée grandiose. On peut y voir le cadeau offert par Stephen Harper, au président actuel de la république, un bol en bois… Les autres cadeaux sont des vases en argent, ornés de pierres précieuses, des vases de cristal taillés à la main, des épées et sabres en or. Le Canada, un bol en bois… Pourquoi pas! On fait le tour du musée, sans toutefois entrer dans les salles d’expositions. Seul al visite des lieux nous suffira, on s’attarde à la boutique, mais encore hors de prix, nous repartons avec des souvenirs dans la tête!

Mes antibiotiques me tapent radicalement. L’énergie est complètement disparue… Nous reprenons le chemin de l’hôtel pour la fin de la journée, ce soir, si tout va bien, nous irons au Raffles Hôtel, le plus vieux de la ville, pour déguster un Singapore Sling et faire quelques belles photos de nuit.

Changement au programme, dodo pour la nuit… David ira sur la terrasse du toit de notre hôtel pour faire ses photos de nuit!

mercredi 13 octobre 2010

Joyeux Anniversaires David et Hanoi!

2 Octobre 2010…


Nous sommes arrivés à Hanoi, après un court vol d’un peu plus d’une heure. Notre première étape, nous rendre à l’hôtel que nous avons réservé sur le web avant de partir. À bord d’un taxi, qui ne semble pas savoir plus que nous où nous allons, nous nous rendons au centre-ville. Le Mike’s Hotel… Oups, la réalité et les merveilleuses photos du site internet ne se rejoignent pas! De plus, les courriels échangés pour la confirmation de la réservation ne semblent pas s’être rendu au bon endroit. Le gérant de la place tente de nous faire séjourner dans un autre hôtel de la même chaîne, mais déjà, je ne suis pas d’humeur à me faire ‘’barouetter’’ de tous les bords. C’est bien mal parti pour eux, mais voyant notre mécontentement, il nous offre 40 000 VND (2$ US) pour l’inconvénient…

L’inconvénient est : nous sommes au cœur du festival du millième anniversaire de la ville. Les chambres d’hôtel sont rares! Et celles que l’on trouve sont hors de prix! Armé de nos sacs et de notre patience, nous partons à la recherche d’un endroit pour la nuit. Après quelques visites, nous nous retrouvons au Hanoi View Hotel, en plein cœur du quartier des 36 rues (le plus vieux quartier de Hanoi). Propre, assez grand, Wifi, balcon et déjeuner inclus, le tout pour 35$ US. On s’y installe, marche dans la ville pour un resto et quelques courses pour la soirée.

Aujourd’hui, 3 octobre : Joyeux anniversaire David Rancourt!

Première journée à Hanoi, nous partons en repérage! Deux visites au programme de la journée, la Maison Centrale (prison) et le Musée de l’histoire des femmes nord-vietnamiennes. Facilement, on se retrouve à la prison et on fait une visite à prix réduit, 10 000 VND par personne, ce qui représente environ 0,50$ US! Le musée est intéressant, quoi que la moitié du site ait été détruit au profit d’un hôtel durant les années ’80. On y voit les cellules, les donjons, l’habit de pilote de John McCain, qui y fut détenu durant la guerre du Vietnam, monuments commémoratifs pour les défunts, photos des installations et même une guillotine.

Après cette belle visite qui aura durée près de deux heures, nous nous rendons au musée de la femme. À l’extérieur, une bannière indique l’ouverture officielle le … 18 octobre prochain! Nous sommes quelques jours trop tôt!

On reprend la route, beau soleil, pas trop chaud, beaucoup de monde cependant! Au cœur de la ville se trouve un lac, avec en son centre, une pagode et un temple. Tout autour, par ce beau samedi après midi, des centaines de gens sont venus se corder pour peindre, regarder les écrans géants, se faire prendre en photo, regarder le lac, jouer sur les scènes de spectacles désertes et visiter le temple… Nous ne faisons pas exception, on prend des photos, on regarde le lac, on regarde les gens, on voudrait bien visiter le temple, mais… trop de monde! Nous reviendrons peut-être durant la semaine! Au retour vers l’hôtel, petit arrêt chez Mamie dépanneur pour acheter les vivres pour la soirée et souper ‘’take out’’ à partir du resto Highway 4 d’à côté. Ce resto propose entre autre des rouleaux de printemps aux grillons et des sautés d’une variété de ‘’bibittes’’ aux choix! On y va pour le ‘’de base’’ rouleaux végétariens! On ne se trompera pas!

Deuxième journée à se promener dans les rues de la ville, nous marchons à la découverte des résidences de Ho Chi Minh, de son musée et autres lieux touristiques. Durant la promenade, nous nous arrêtons à la porte de la citadelle, l’une des portes de la citadelle, avec au sommet un temple bouddhiste. L’entrée est gratuite, visite un peu banale. Plus de trace de la fortification de ce côté, les Français ont démoli plusieurs vestiges de l’ancienne cité, au profit de résidences coloniales et autres bâtiments durant leur occupation.

Les résidences d’oncle Ho se succèdent, toutes grandes et bien entretenues pour la plupart. Nous passons devant le Palais impérial, impossible de visiter. Même le gardien de 14 ans qui se tient devant le palais tente de nous faire renoncer à prendre des photos! À côté du palais, se trouve le monument funéraire de Ho Chi Minh, sur une grande place, bordée de belle verdure taillée, et pour l’anniversaire de la ville, de beaux ballons qui flottent dans le ciel! Et sur cette magnifique place, se trouve plusieurs soldats, qui interdisent l’accès et la prise des photos! Une grande scène est aménagée plus loin, avec une centaine d’hommes vêtus de blanc, qui attendent… on ne sait pas quoi! Mais il n’y a pas de spectacle à l’horizon!

Nous décidons de changer de direction, de traversé une rue et d’emprunter celle qui semblait fermée. Au bout de cette rue ‘’fermée’’ se trouve un monument doré, dont je ne peux vous dire le nom, qui a surement un lien avec Ho Chi Minh! Derrière ce monument, une grande place entourée d’une grande clôture. Il semble y avoir de l’action à l’intérieur. Un homme, qui semble comprendre ce que nous cherchons, nous baragouine en sa langue de le suivre pour l’entrée au site. Nous le suivrons donc pour arriver à la citadelle, où, dans le cadre des festivités, l’entrée est gratuite! Une fois la porte de la fortification franchie, un parc rempli de bonzaïs géants. Splendide! Que de temps et de patience pour réalisé un tel chef d’œuvre. Nous continuons notre visite par un musée qui relate les différentes cultures au cours des 1000 dernières années sur ce site. Les différentes architectures et influences, les différents modes de travail et exploitations des richesses naturelles, porcelaines et autres pièces présentées.

Au bout d’une grande allée, le musée de la guerre et de l’aviation, ainsi que la tour du drapeau sont aussi des sites gratuits à visiter aujourd’hui. À l’extérieur, un monument surréaliste en guise d’œuvre d’art (but what is art???) fabriqué à partir de pièces récupérés des anciens avions américains tombés en sol vietnamien… Tout autour, d’autres vestiges de la guerre sont présentés. Mais puisque nous avons fait le tour de la guerre plusieurs fois dans ce voyage, c’est une tournée rapide des lieux que nous faisons, et retour à l’hôtel.

Sur la route, toujours à pied, nous croisons un chemin de fer, en plein milieu de la ville, avec de chaque côté des maisons. La proximité des maisons, qui pour plusieurs ne font pas deux mètres de profondeur, elles sont si près de du chemin de fer, qu’il y a à peine de la place à marcher sur les côtés. Nous empruntons cette route pour près d’un km, ce qui nous permet de croiser et de saluer les gens qui y vivent. À travers les animaux, les enfants qui jouent, les mamies qui lavent le linge, des femmes qui font la cuisine sur le trottoir, nous visitons le vrai Vietnam. Ici, les gens ont fait leur demeure avec ce qu’ils pouvaient, ce qu’ils avaient. Pour certain, la demeure est vieille et pourrie, les moisissures sur les murs sont signe de l’âge avancé de celle-ci. Malgré toute cette pauvreté, ils ont des sourires splendides, ils nous saluent, on leur sert la main, ils nous demandent d’où nous sommes. Ils ne semblent pas avoir de visite trop souvent! Magnifique découverte…

Après une dure nuit à ne pas dormir à cause d’un mal de dent, malgré les Tylenols EXTRA forts que j’ai pris, je me décide de me rendre à l’hôpital. Le guide Routard nous propose deux adresses, dont l’une d’elle est mentionnée avec un bon service dentaire. Après avoir laissé David s’occupé de la gérante de l’hôtel, qui voulait que l’on quitte parce qu’elle avait over booké sa place (David étant plus patient que moi, et moi, dans mon état, je lui aurais sauté au visage!), nous quittons en taxi pour la clinique. Encore une fois, le guide n’est pas à jour pour ce qui est de l’adresse de l’endroit. Arrivé à l’adresse mentionnée, un gentil homme nous indique que la clinique est déménagée, qu’elle se trouve à l’opposé de la ville. On saute à nouveau dans un taxi, reprend la route et arrive dans un quartier chic et huppé. La clinique se trouve dans une ‘’gated community’’, de beaux arbres, des beaux édifices, de beaux jardins. On ne se sent pas du tout malade quand on arrive ici!

À l’accueil, d’un beau sourire la réceptionniste me demande de remplir mon bilan de santé et les détails de mon assurance. Une fois rempli, elle m’indique de patienter sur les divans en cuir devant le comptoir. Une infirmière vient me voir et m’invite à la suivre, David m’accompagne. Elle est très gentille elle aussi et m’explique qu’elle fait les prise de données tels température et pression. Nous retournons attendre dans une nouvelle salle, toujours sur de beaux divans en cuir… Une française vient nous voir et nous invite à passer à son cabinet. Parce que j’ai rempli mon dossier en français, j’ai droit au service francophone!

Bon, examen rapide, j’ai un abcès. Elle me prescrit des antibiotiques, des antidouleurs, un décongestionnant. Elle veut me faire rencontrer un ORL, me revoir dans deux jours. Le reste du temps passé dans son bureau aura été de parler voyage, de la Chine, de la beauté du Laos, de la liberté du Vietnam… Très sympathique, et toujours avec un beau sourire! La doc m’accompagne jusqu’à la pharmacie, et pendant que je paie mes médicaments et la facture de la consultation, elle prépare mon rapport médical.

Le tout aura pris environ 48 minutes, du premier Bonjour au dernier Au revoir! Fantastique! Un service comme celui-là, je n’en avais jamais vu auparavant! Le service de mon assurance voyage a été, lui aussi, très compétant dans la situation. En deux appels et deux échanges de courriels, j’obtenais l’approbation pour la rencontre avec l’ORL et le formulaire de remboursement des frais. Deux noms à retenir si vous voyager : La Croix Bleue pour l’assurance, SOS International Cliniques pour les soins médicaux.

Pour le reste de la journée, assommée, je retourne me coucher et reprendre un peu de sommeil que je n’ai pas eu la dernière nuit!

Pour le reste de notre séjour, nous avons parcouru Hanoi en marchant dans les rues. Nous préparons notre départ pour Singapore. Recherche sur le web pour un hôtel ou une guesthouse, trouve des billets d’avion pour peu cher, lecture sur les diverses activités et sites touristiques. Lorsque nous sortons pour notre balade quotidienne, la toujours si sympathique gérante nous dit que demain, nous devons quitter. Et puisque nous n’avons pas acheté son excursion à Halong Bay dont elle nous parle depuis notre arrivée, elle n’a pas de remord à nous jeter dehors! WOW! Le service! Nous partons donc à la recherche d’une nouvelle chambre pour le reste de notre séjour. Après quelques visites, on trouve, pour 10$ de moins la nuit, juste en face d’où nous étions, une belle chambre propre, avec une grande terrasse! Et le personnel est super sympathique!

Nos deux derniers jours, on en profite pour s’envoyer un coli. Avec tout ‘’l’over stock’’ qu’on traine depuis trop longtemps! On se fait de la place pour pouvoir rapporter des souvenirs et surtout pour s’alléger le sac! Une gamelle, des guides Routard, carte géographique, étui à caméra et quelques reçus et factures. Pour environ 20$ US, dans trois mois, nous devrions recevoir ce coli! Si tout se passe bien… évidement! Derrière l’édifice de la Poste se trouve les imprimeries et boutiques de livres. Pour 120 000 VND, on trouve une copie (une vrai copie! Photocopies et colle de mauvaise qualité, mais ça fera l’affaire!) du Lonely Planet Malaisie, Singapore et Brunei. Les guides Routard officiels et Lonely Planet (les vrais) ne sont pas publiés au Vietnam.

C’est l’heure du départ pour Singapore! Il est 7h30 du matin, pas de trafic pour se rendre à l’aéroport. La jeune fille de l’hôtel vient même nous reconduire à l’extérieur, nous mentionnant d’être prudent, s’assure que nous ayons nos passeport, vraiment gentille! Comme c’est notre nouvelle tradition, nous mangerons à l’aérogare en attendant notre vol. Mais il y a vraiment beaucoup de monde pour les vols internationaux, et le temps file… à la hâte, on trouve un resto, commande un hamburger pour David et un sandwich jambon fromage pour moi. On englouti le tout, laisse quelques bouchées qui nourriront le rat qui est passé sous nos pieds dans le resto… Oui, un rat, au deuxième étage d’un aéroport… et un gros en plus!

On décolle dans quelques minutes, dans 3 heures, nous serons à Singapore!