samedi 25 septembre 2010

Ho Chi Minh Ville ou Saigon pour les intimes...


Nous sommes arrivé à Ho Chi Minh City en fin d’après-midi, et tout de suite, nous sommes sous le charme. Des édifices modernes, les édifices coloniales du temps des français, des marchés publics, de grands hôtels, un millier de scooters, le tout mélangé dans des rues qui n’ont pas de sens. Nous avions repéré un hôtel sur le web, bon rapport qualité-prix. Nous nous y rendons en taxi, et puisque ça fait une éternité que nous avons utilisé ce moyen de transport, j’en oublie même de laisser un pourboire au chauffeur! Mais vitement, il me rappel ma mauvaise conduite! C’est alors qu’il se sert lui-même dans mes billets! Bon, nous sommes de retour à la civilisation, j’avais presque oublié!!!


Le Linh Hotel sera notre demeure pour les prochains jours. Après quelques minutes de négociation, nous obtenons une belle grande chambre, grand balcon à l’avant, deux grands lits, Wifi dans la chambre, pour seulement $40 US, déjeuner inclus. Presqu’une aubaine dans une si grosse ville! En soirée, on marche dans les rues avoisinantes, un peu de repérage pour trouver quelques adresses utiles, quelques achats de fruits, jus, eau et houblons! Sur le chemin du retour, on trouve un wineshop, une épicerie fine, où on trouve de bons fromages et charcuteries. C’est aujourd’hui l’anniversaire de voyage de David, il y a un an, il débutait son périple de voyage découverte. Pour fêter ça, on se bourre la fraise dans le pâté de campagne, jambon forêt noir, Gorgonzola et brie triple crème! Vivement l’influence française qui se fait sentir dans cette ville! Demain débute la découverte...




Première journée de visite, nous marchons à travers la ville. L’avenue Nguyen Hué, au passage nous voyons l’hôtel Rex, siège des officiers de l’armée américaine durant la guerre du Vietnam. Au bout de cette avenue, l’Hôtel de ville et son architecture controversée. On se rend jusqu’au Musée de Ho Chi Minh-Ville, qui se dit consacré à la ville. Sur le site, très beau et bien entretenu, des couples de mariés se font prendre en photo par cette magnifique journée. À l’intérieur, nous débutons la visite de cet ancien Palais du gouverneur de la Cochinchine, qui ensuite devint la résidence temporaire du président Diem, en 1962-1963, par les salles dédiées à la vie d’avant guerre, les différents arrondissements, la vie rurale, les fortifications et autres. Ensuite, des salles sont dédiées à la guerre contre les américains. Une autre salle présente toutes les monnaies utilisé jusqu’à maintenant. Au sous-sol, des couloirs ‘’secrets’’ avec salon et chambre à coucher pour le président. Malheureusement, l’arrière de la bâtisse et l’intérieur des différentes salles ne sont pas très bien entretenus. Nous prenons le temps de s’instruire un peu avant de reprendre notre marche et remonté vers notre hôtel.

Après une bonne pause dans un café à déguster un caramel macchiato glacé, c’est à la Cathédrale Notre-Dame que nous faisons notre deuxième arrêt.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Notre-Dame_de_Saigon





Visite rapide des lieux, l’accès étant très limitée. Je prends quand même le temps de m’y arrêter silencieusement, de lire les nombreux messages de remerciements sur les murs. J’ai une pensée pour les gens que j’aime, ma famille, mes amis, mes grands-mères… D’un côté de la cathédrale, un monument de Saint-Antoine, de l’autre, Sainte-Marie. Malheureusement, pas tous les visiteurs ont le même respect des lieux, donc nous quittons assez rapidement quand la place se remplie de visiteurs chinois.






De l’autre côté de la rue, la Poste Centrale, construite en 1886 par Gustave Eiffel.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Poste_centrale_de_Sa%C3%AFgon


C’est encore aujourd’hui le bureau de poste principal de la ville, agrémenté de kiosques de souvenirs, des boîtes téléphoniques et des guichets automatiques de plusieurs banques d’Asie. L’endroit est grouillant de monde, principalement des touristes qui photographient les lieux. Nous ne faisons pas exception, pendant que mon photographe perso se charge de capturer les images, je fais le tour des boutiques en touchant à tout! Mais puisque la capacité à ramener des souvenirs est restreinte, aucun achat! Avant de retourner à l’hôtel, un arrêt au PFK… Encore du gras pour ajouter à ce qu’on a déjà mangé hier…

Deuxième journée de visite, le Palais de la Réunification.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Palais_de_l%27ind%C3%A9pendance


Visite assez intéressante qui porte principalement sur l’histoire de la guerre contre les américains (j’ai l’impression de l’avoir déjà écrit ce bout là!). Grand palais, plein de salles de réceptions et des salons de réunions, encore décoré au goût des années ’70. La partie la plus intéressante est le sous-sol, encore des tunnels et des salles de communications du temps de la guerre. Une grande salle nous présente plusieurs articles de journaux de l’époque, des photos de guerre célèbres et même quelques photos du concours Miss Univers qui s’est tenu au Vietnam à la fin des années ’90. En terminant, dans une salle où nous sommes seuls, un vidéo d’environ 40 minutes en français, nous raconte l’histoire de ce palais et de la guerre contre les méchants américains.


Après la visite du palais, pour continuer dans le même thème, nous allons visiter le musée de la guerre, situé non loin de là. On pourrait aussi le nommer le musée des horreurs de la guerre. Sur place, on peut voir à l’extérieur, des tanks américains, des avions américaines, hélicoptères américains, bombes et obus américains. À l’intérieur, les ravages causés par les méchants américains… à l’entrée, un groupe de jeunes joue de la musique, ils sont tous des victimes de la guerre, principalement victimes de l’agent orange. Fœtus dans le formol, photographies de différentes victimes sur le terrain. Encore une fois, le guide routard nous avait prévenus des images chocs et des textes sans pitié qui constituent ce musée. Une fois la visite terminée, c’est en silence que nous reprenons la route pour notre hôtel, un peu sous le choc des atrocités que nous venons de voir.


Ce soir, j’ai le privilège de faire une très belle et longue jasette avec mon amie Sylvie sur Messenger. On a un million de chose à se raconter, après quatre mois à distance, un verre de vin pour moi et un café pour elle, on fait la mise-à-jour de nos vies! Merci mon amie! Ça fait du bien!

Demain, journée de congé relax, lavage, dodo en après-midi, écriture du blog et bouffe de jambon et fromages! Faut bien avoir un peu de repos parfois!

Pour conclure le chapitre de la guerre, nous irons visiter les tunnels de Cu Chi aujourd’hui. Puisque c’est à l’extérieur de la ville, nous y allons en visite organisé. Un minibus vient nous chercher à 7h40, nous ferons environs 2 heures de route pour se rendre au site. En chemin, surprise! Un stop au Handicap Handicraft et manufacture de cigarette. Encore une fois, ils font du sensationnalisme sur le dos des victimes de la guerre. Cette visite nous montre comment sont réalisées les nombreuses pièces artisanales que l’on retrouve dans les différentes boutiques de souvenirs. Des installations de fortune, des gens qui travaillent surement de trop longues heures dans des conditions pitoyables. Au bout de l’atelier de confection, une boutique vend les différentes œuvres, à des prix exorbitants. En voyant la manufacture, j’ai encore moins le goût d’encourager une entreprise comme celle-là. Désolé, mais plus jamais je ne verrai une petite boîte en bois laquée avec une gravure en éclats de coquille d’œuf de la même façon. Non merci, je n’encouragerai pas ça.

Arrivé à destination, c’est au bout d’un assez long tunnel que nous arrivons sur le site de Cu Chi.

http://en.wikipedia.org/wiki/C%E1%BB%A7_Chi_tunnels


La visite guidée vaut vraiment la peine, notre guide est bien sympathique. On peut y voir des nombreuses trappes ‘’Tiger Traps’’ qui étaient en réalité des pièges pour les américains, des entrées minuscules pour les tunnels, avec démonstrations en plus! Des cratères de B52, un champs de tir de AK47 et M16, où pour quelques dollars, vous pouvez en faire l’essaie (de très mauvais goût) la fabrication de feuilles de riz et bien sur, descendre et marcher dans les tunnels. Ceux-ci ont été faits par les vietnamiens, d’une grandeur et largeur vietnamienne… Vous voyez où je veux en venir… pas fait pour nous. Les tunnels sont ouvert au public sur une distance de 100 mètres, avec des sorties d’urgence ajoutées au 20 mètres. Nous y descendons à tour de rôle, marchons accroupis à travers ce tunnel en terre battue, sans éclairage. Au bout de quelques mètres, je sens monté en moi un inconfort déroutant, et c’est à quatre pattes, sur les genoux, sur la terre battue, à la vitesse d’un lièvre, que je trouve une sortie d’urgence au bout de 40 mètres. J’aurais aimé me voir ‘’courir’’!!! Une fois la sortie repérée, j’attends David, qui me suit quelques mètres plus loin, pour lui annoncé mon abandon de cette aventure. Il décide d’en faire autant, et vite nous trouvons la lumière au bout de ce tunnel! Dehors, j’ai tous mes membres qui tremblent, je reprends doucement mon souffle et nous allons retrouver le groupe, soixante mètres plus loin! Je suis bien heureuse de l’avoir expérimenté, malgré ma courte distance de quarante mètres, je peux au moins dire que je l’ai fait! Fin de la visite par un vidéo explicatif et des images de guerre du début ’70. Retour à la maison en milieu d’après-midi.


Pour ce qui est de la guerre du Vietnam, je savais qu’elle avait eu lieu, je savais qu’elle avait fait des ravages, je savais qu’elle avait brisé plusieurs vies, mais avant de partir, je ne la connaissais pas sous toutes ses coutures. Maintenant, après tous les musées, toutes les lectures que nous avons fait dans les derniers jours, j’en sais suffisamment.

Demain sera la journée de planification pour notre départ pour les plages du Vietnam. Nous partons pour Phan Thiet et les plages de Mui Ne à quelques heures de route de Saigon. Un peu de soleil et de repos pour nous remettre de l’activité de cette ville! On a bien droit à des vacances nous aussi!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire