jeudi 5 août 2010

Vientiane, Capitale du Laos


28 Juillet 2010... Après un bon déjeuner à l’hôtel de Luang Prabang, un Tuk-Tuk nous mène au très majestueux aéroport de la ville ... Même l’aéroport d’Amos est plus gros que ça! On y trouve deux guichets d’enregistrement, un pour les vols domestiques, l’autre pour les vols internationaux! International ici veut plutôt dire : pour la Thaïlande! Il y aura environ 8 départs aujourd’hui de cet endroit qui a quand même du charme.

On enregistre nos bagages, on les regarde passer le X-Ray, et on regarde le gars qui les empile de l’autre côté de la fenêtre. Si nos sacs devaient finir par contenir des substances illégales, c’est ici qu’il serait possible de se faire arnaquer! Mais il faut avoir confiance aussi et rassurons-nous, nous ne passons pas de douanes.

À notre tour de passer la sécurité. Facile comme tout, le scan pour le mini sac, vide les poches, pas au complet, passe le X-Ray, on est de l’autre côté en un clin-d’oeil! Encore quelques minutes d’attente et nous serons à bord d’un avion à hélices français (ATR). On embarque directement sur la piste, comme c’est coutume ici, les passagers par la queue de l’avion et les bagages à l’avant! Nous avons les sièges 1-A et 1-B Du grand luxe dans un avion ping pong! On aura de la place pour nos jambes Mais nous sommes trop grands pour les sièges, qui n’ont pas d’appuie-têtes. Le vol ne dure que 40 minutes, pas de quoi se plaindre quand même! L’autre alternative était de prendre un bus et rouler pendant 9 heures… Alors, bien assis, on regarde les images d’une revue laotienne qui nous vente ses magnifiques villes et sites, en lao...

Rafraîchissements à bord, un verre d’eau! Pas une bouteille, mais bien un verre! La quantité d’eau servie sur les différents vols doit dépendre de la durée du vol! Ne buvez pas trop, puisqu’il n’y a pas de toilettes à bord non plus!

Arrivé à Vientiane. Un taxi nous mène à l’hôtel que nous avions repéré dans le Routard. On en disait de bons commentaires dans le livre, quoi que celui-ci date déjà de trois ans… Bien des choses ont changées en trois ans. À l’arrivé à l’hôtel, David va faire le repérage d’usage avant de prendre la chambre : propreté des lieux en général, vérifie l’air clim, la fermeté du lit, la propreté de la douche, l’accès à internet et la proximité de la ville. Malheureusement pour cet endroit, il y a plusieurs failles selon le juge! Sans trop savoir pourquoi, le taxi n’est toujours pas reparti de cet hôtel, qui se trouve dans le fond d’une ruelle. On négocie avec lui l’allée au centre-ville, pour trouver un meilleur endroit où se loger. On se fie encore à notre guide, et en mentionnant le nom d’une guesthouse, le chauffeur nous fait un sourire en coin, il sait très bien que nous ne serons pas satisfait! En arrivant sur place, il a bien raison et tente de nous faire faire un autre bout de chemin, mais nous quittons cette fois, encore sous un soleil de 1000°, avec nos sacs sur le dos, à la recherche d’un gite pour la nuit. De porte en porte, c’est soit trop cher, soit trop désuet. Après près d’une dizaine de visites, on trouve un endroit bien, mais pas d’internet dans la chambre. 170 000 kip pour la nuit, c’est moins cher que Luang Prabang, le confort est basique mais on n’a pas besoin de grand-chose!

Tuk tuk en version relax! Le chauffeur a su rentabiliser l'espace!

Vientiane est la capitale du Laos. Elle longe le fleuve Mékong, dont la rive est en complète construction pour faire de jolies installations. On est au moins dix ans trop tôt pour apprécier ce que ce sera. Nous avons la vue des camions, des pelles mécaniques, le bruit et surtout la poussière que tout ça engendre! Pas très agréable de s’y promener. En soirée, nous allons vers les Champs Élysée. Une réplique de cette célèbre avenue française se trouve au milieu de la ville. À un bout se trouve le Palais Royal du Laos, au centre, l’arche de l’Amitié, avec des fontaines et un marché local. Il est environ 22 heures le soir, il fait une chaleur écrasante. David profite de sa terrasse improvisée pour regarder le rythme nocturne de cette ville. Nous sommes dans le quartier des hôtels et guesthouse, la prostitution est la principale activité de cette rue à cette heure… Avant le couvre-feu, toujours prévu à 23h00!




Lendemain matin, déjeuner causerie-vidéo avec Mimi et Diane! Une grande salle commune sert de salle à manger. Derrière moi, un Thaï se prend pour le réparateur Métag et tente de rétablir la clim. Une fois terminé, il s’installe avec sa bouteille de Johnnie Walker et son cellulaire comme radio portative! Il est environ 10h00 et il picole déjà! Sa journée va être longue! La mienne aussi… je ne suis pas vraiment sous le charme de Vientiane. C’est peut-être qu’après le passage à Luang Prabang qui est sublime, je m’attendais à plus pour la capitale. En début d’après-midi, on marche le long de la rivière pour visiter un peu. Des temples bouddhistes, qui se suivent et se ressemblent, marché de produits locaux sur le bord de la rue, des gargotes (cantines) qui servent toutes les mêmes plats qui parfois émettent des odeurs repoussantes et un hôtel très grand luxe, où nous ferons un arrêt pipi, tout en faisant croire que nous sommes intéressé par l’endroit!

Au ‘’check out’’ ce matin, nous avons réservé nos billets pour le bus de nuit, départ à 20h30 pour un voyage en sleeper d’une durée de 10 heures environ. Ce sera notre première expérience en bus de nuit. On s’équipe grandement avec des friandises de tous genres! Chips, chips, chips au BBQ, chips, bouteille d’eau, gomme et petits plats de ramens. Un tuk tuk vient nous chercher à notre hôtel vers 19h30.

À l’autre bout de la ville se trouve le terminus d’autobus. Plusieurs GROS autobus à 2 étages sont sur place. Le chauffeur de tuk tuk nous indique lequel nous rendra à Paksé, notre prochaine destination au sud du Laos. Par hasard, on retrouve nos amis les français Clémence et David qui sont sur le même bus que nous! Il nous raconte que leur voyage de Luang Prabang aura pris 9 heures de route et 6 heures d’arrêt à cause d’une coulée de boue qui a fait dérapé un bus, qu’ils ont dû tirer et pousser pour dégager la route. Nul besoin de vous dire que nous pensons à notre dépense folle de 80$ US pour le billet d’avion pour la même distance qui nous aura valu 40 minutes de vol et un bon verre d’eau!

La définition d’un sleeper bus : 2 rangées de ‘’lits’’ à 2 places chacun. Une toilette à l’arrière pour les urgences seulement (à voir l’état). Par lit, 2 oreillers, 2 couvertures épaisses, une tablette pour y déposer vos effets, une bouteille d’eau et un contenant de riz frit par personne. Un arrêt prévu à 1h00 AM pour se dégourdir, dans mon cas, se sera pour me trouver un nouveau lit pour tenter de dormir un peu… on est plutôt grand pour ce genre de lit!

Il pleut des cordes, le chauffeur roule à une vitesse folle, ça brasse là dedans! Le voyage aura duré un peu plus de 9 heures en tout, 6h05, nous sommes à destination : Paksé!

1 commentaire:

  1. Mieux vaut prendre un avion et un verre d'eau, qu'avoir à pousser un bus...;)

    La dernière photo est magnifigne ainsi que celle des jets d'eau.

    RépondreSupprimer