jeudi 12 août 2010

4000 îles, le repos du routard...


7 Août 2010…

Pour notre dernière soirée à Paksé, où nous sommes toujours installés au même hôtel, mais cette fois, dans une chambre sans fenêtre, on se paie le luxe d’un souper digne des rois! Filet mignon sauce au poivre et frites! Confortablement assis sur la terrasse du toit de notre hôtel, un bon vent qui souffle, ce qui est plutôt rare au Laos, nous admirons la ville et le pont qui traverse le Mékong. Encore un peu d’écriture pour rattraper le retard au blog et dodo tôt, pour être en forme pour la journée de transport qui nous attend demain.

Au programme avant de partir, déjeuner, récupérer nos vêtements chez le nettoyeur et vider la chambre, sans trop se presser, notre bus n’est qu’à 14h00. Mais voilà que le nettoyeur où nous avons déposé nos choses (pratiquement tous nos vêtements) est parti pour la journée, et selon sa voisine, ne devrait revenir qu’en soirée! QUOI??? La gentille voisine et son mari tentent de rejoindre l’autre proprio pour qu’il puisse venir nous donner nos vêtements, mais en vain, impossible de le joindre. Si ça se trouve, ça nous coûtera une nuit de plus à l’hôtel, plus des dépenses de ville, plus les repas… Par chance, nous avions décidé de faire la route en bus plutôt qu’en avion, ce qui fait que nous n’avons pas encore perdu d’argent, les billets n’étant pas encore achetés.

Finalement, vers 12h15, la fille du proprio, qui était à l’intérieur du commerce pendant tout le temps que nous tentions de les joindre, se décide à venir ouvrir la porte. La voisine vient expliquer la situation à la jeune femme, puisqu’elle semble un peu effrayée par mon attitude! J’ai peut-être brassé la porte un peu fortement, et j’ai surement l’air bête! Enfin, nous repartons avec nos choses, trouvons une moto avec un ‘’side car’’ pour nous mener à la gare de bus du sud, qui se trouve à environ 8 km. On est un peu gros pour ce genre d’embarcation, mais ça tiendra le coup!

Deux choix s’offre à nous pour la route des 4000 îles : Le tuktuk ou le minibus. Le prix est sensiblement le même, l’un est une ‘’boîte de pick-up’’ avec une planche de chaque côté, rempli à craquer de monde et de toutes sortes de choses, l’autre, bien, c’est un minibus : siège plus confo, un peu plus cher, mais pour deux heures de route, ça vaut la dépense! On s’en tire pour 70 000kip pour les deux, c’est nettement plus cher pour nous que pour les locaux, mais ne nous plaignons pas, ce n’est qu’environ 9$ Can! Au bout de la route, le fleuve Mékong et ses îles…

Pour ce rendre à la première île, on nous entasse sur un petit bateau qui fait environ 30 pieds de longueur sur 3 pieds de largeur! Pratiquement un kayak motorisé! Ce bateau nous mène à Don Det (Don = île), où se trouve plusieurs guesthouses et restaurants. Chacune d’elles portent le nom de son proprio! M. Nguyen, M. Miou. Pour notre part, notre choix ne s’est pas encore arrêté sur une place précise. Nous avons décidé de marcher et de prendre le temps de repérer le meilleur endroit. Nous marchons le long de la rive, puisque nous cherchons stratégiquement un endroit avec une terrasse sur le Mékong et la clim. Et aussi, un peu à l’écart des routards fêteurs que l’on trouve un peu partout dans les guesthouses.

Après avoir perdu quelques litres d’eau à marcher avec nos sacs, on se résigne à prendre un tuktuk pour faire un bout pour se rendre à la deuxième île, Don Khone. En arrivant sur l’île, je suis séduite par de jolis bungalows situé sur le bord du fleuve (1 mètre max) avec terrasse, clim et ventilo, et un hamac! Le grand luxe pour 160 000kips la nuit, soit environ 20$ US. Il y a même un resto adjacent, c’est le grand luxe! On ne cherche pas plus loin, demain nous irons arpenter l’île pour peut-être trouver un meilleur endroit.


Au lever, nous partons tout de suite à la visite des environs. Il fait beau et nous avions un hôtel en particulier que nous voulions visiter. Sur notre chemin, on voit de vieilles villas coloniales françaises en ruines, des guesthouses en construction, des animaux qui vont librement, quelques touristes à vélo, on se sent en vacances! 

À cet hôtel qui se dit de grand luxe, nous allons visiter les quelques chambres de différents styles, tel un bungalow sur le Mékong, vraiment SUR l’eau, avec un angle assez prononcé sur le côté. Une autre, qui elle se trouve dans une réplique de villa française à un prix fou, et un joli bungalow au milieu du terrain avoisinant. Pas intéressant, nous sommes bien mieux où nous sommes déjà. En retournant à la maison, on se fait arrêter par les policiers locaux (!) qui nous demandent 20 000kip par personne par jour! C’est le frais journaliers pour tout occidentaux qui est sur l’île… On explique que nous n’allons pas visiter, que nous retournons à notre hôtel, et, l’air confus de ne pas comprendre ce que l’on raconte, ils nous laissent passer sans payer! On apprend vite notre leçon, demain, on évite le passage devant la police!
























Nous avions repéré l’ancien chemin de fer (les français ont érigé un chemin de fer entre les îles fin 18e siècle pour contourner les rapides du Mékong) à notre arrivée, nous y marchons donc quelques km pour ensuite revenir par la route jusque chez nous. En soirée, bouffe au resto de notre guesthouse et repos pour aller visiter l’île demain.

Encore une belle journée de soleil s’annonce pour nous, il fera beau et chaud! Nous allons visiter les chutes de Somphamit, qui se trouvent à environ 2 km. Le site est magnifique et la grandeur des chutes impressionnantes. Elles font 800 m de larges et puisque c’est la saison des pluies, le niveau de l’eau et la force de celle-ci, est encore une fois très intense. Nous restons quelques instants à admirer ce panorama, prendre quelques photos, avant de continuer notre chemin, pour se rendre à la plage. Plage est un bien grand mot pour ce qui est un banc de sable sur la berge, entouré de cailloux et de rochers escarpés. Pas vraiment un endroit où je viendrais passer mon dimanche après-midi! Il fait très chaud, le soleil tape fort, selon nos voisins allemands, il a fait près de 35° et très humide vers 16h00. Pas de vent, inutile de vous dire que la clim de notre chambre fonctionne à prend régime! Nous avons décidé que demain serait notre départ pour le Cambodge, nous prenons donc toutes les infos nécessaires pour organiser ce départ. Le proprio de la guesthouse nous propose des billets d’autobus pour 10$ US chacun, avec une ‘’pick-up’’ en bateau juste devant notre porte, pour nous mener au terminus qui se trouve au village en bordure de la rivière. Nous achetons donc ce forfait, en bus VIP.

Dès 8h00, le bateau est sur place et n’attend que nous. Nous prenons le temps de manger une dernière baguette avant de partir, la route sera longue je crois. Notre destination est Kratie, au Cambodge, trajet d’environ quatre heures. Encore une fois, il fait très chaud, nous faisons ici nos derniers miles en sol laotien.

Ce pays du tiers-monde m’aura impressionné par ces différences d’une ville à une autre. Entre le dépaysement de Luang Nam Tha et de son village perdu d’Akha, HoueiXai et Pakbeng qui ne voulait que notre argent, le fabuleux charme de Luang Prabang, où je serais resté encore quelques semaines, Vientiane la capitale en reconstruction, Paksé et le magnifique Plateau des Bolovens avec ses paysages grandioses et le calme des 4000 îles, où nous profitions d’un réel repos, j’ai vécu une expérience extraordinaire. Malgré ma difficulté à m’adapter au tout début, les fourmis partout dans la chambre, dans le lit, dans la douche, les moisissures sur les murs et parfois l’insalubrité de quelques lieux, les oreillers trop gros et trop durs, je sors de ce pays heureuse de l’avoir connu, d’avoir rencontré des gens heureux d’avoir si peu et de sentir parfois les ravages de la guerre sur le peuple et sur les terres.

Allons maintenant voir ce que le Cambodge nous réserve……


1 commentaire: