dimanche 28 novembre 2010

De Bangkok à...


De Bangkok, où nous avons passé les 10 derniers jours à visiter et à faire beaucoup trop de shopping dans tous les marchés proposés, nous prenons l’avion pour Tokyo.


Le vol JL718 nous mènera de Bangkok à Tokyo, de Tokyo à Chicago, de Chicago à Montréal.

Après un peu plus de 28 semaines en Asie, je reviens la tête pleine de souvenirs extraordinaires.

Vous avez été nombreux à me suivre, à voyager avec moi à travers ce blogue et les courriels. Merci à tous pour vos encouragements, vos commentaires et votre soutient!

J’ai le cœur serré de terminer cette aventure, mais celle qui s’annonce sera tout aussi merveilleuse!

À vous tous, parents et amis, on se revoit très bientôt!

À David, Merci…

samedi 27 novembre 2010

La Cité des Anges, Bangkok


19 Novembre 2010

Notre vol de 15h30 de Chiang Mai vers Bangkok s’est très bien déroulé. Bien qu’Air Asia possède les sièges qui ont le plus petit espace vital que nous ayons jamais vue, l’agent de bord nous mentionne dès le départ que nous pouvons changer nos places, puisque plus loin dans l’avion, il y a trois bancs libres que nous nous séparerons volontiers à deux. Profitant ainsi de plus d’espace et d’un hublot pour voir les magnifiques paysages du plateau central de la Thaïlande.

Nous arrivons à l’aéroport ultra moderne de Suvarnabhumi et sautons dans un taxi qui nous mènera vers un hôtel temporaire qui nous a été réservé par le Legacy suites de Bangkok, puisque ce dernier affiche complet pour la première de nos dix nuits dans la capitale. Arrivé sur place, nous sommes déjà appelé par nos noms et on nous mentionne que finalement, le Legacy Suites s’est libéré durant la journée et que nous y seront conduit sans frais sur le champ… Le chauffeur arrive et nous revoilà en route vers notre lieu de résidence pour les 10 prochaines journées… Excellent choix qualité prix un peu à l’écart du centre touristique, mais les taxis de Bangkok sont peu dispendieux et nous préférons être bien installé plutôt que d’être dans les coins touristique. 2100 Baht (68$ Can) La nuit incluant déjeuné, gym, piscine, tennis.



Ici, nous avons droit à un studio avec une cuisinette… Donc, après s’être installé bien confortablement et avoir fait une halte au restaurant japonais de l’hôtel pour savouré quelques sushis, nous partons à la recherche d’une épicerie qui remplira notre garde manger !! La dernière fois que nous avons préparé notre propre nourriture, remonte à prêt d’un mois. Nous sommes comme des enfants dans l’épicerie et remplissons notre panier de plein de bonnes choses!
De retour au bercail en fin de soirée, nous regardons les options de visite pour demain, un peu de lecture et dodo…



Pour notre première journée dans la métropole et après le petit déjeuner, nous prenons un taxi (4$) pour le centre du vieux Bangkok… Nous y visiterons le Bangkok National Museum, un ensemble de bâtiments abritant les chefs d’œuvre de l’art thaïlandais ainsi que des anciens temples et l’ancien palais royal regroupé dans un but de conservation.



Commençant par les salles 1 et 2 de l’édifice d’entrée, nous apprenons ici l’histoire du pays, de la préhistoire au temps moderne, passant par tous les rois qui ont gouverné et qui gouverne encore le pays… Puisque la Thaïlande est une monarchie… ne vous avisez pas de parler contre le roi, la reine ou n’importe qui de la famille royale, sous peine d’emprisonnement. Donc, tant que je ne serai pas sorti du pays, je n’en ajouterai pas plus.

Nous passerons ensuite par plusieurs salles qui contiennent différentes collections de masques, figurines de théâtres, poteries, cadeaux royaux, défenses d’éléphants sculptées, différents palanquins royaux (selles d’éléphants), armes de toutes sortes, costumes de toutes les époques et pour toutes les occasions, immenses chariots funéraires pour la royauté pouvant peser jusqu’à 20 tonnes, etc. Quand même intéressant comme musée bien qu’on passe assez rapidement sur certaines parties…



De retour à l’hôtel toujours par taxi, nous cuisinons une bonne salade de roquette au poulet balsamique avec fromage bleu et légumes… Excellent !!! Une tournée au gym, mis à jour de nos aventures à Chiang Mai et Phuket suivi d’un peu de lecture et DODO …


2e journée … ce sera relaxation pour aujourd’hui, David cuisine (du Kraft Dinner! Miam!) et joue de l’ordinateur pendant que j'écoute des films sur Star Movie… Puis la routine : une heure au gym, épicerie pour demain et une promenade de soirée dans les rues de Bangkok où nous pointerons notre nez dans les marchés de nuits qui bordent les trottoirs aux alentours de notre hôtel… Je visite également quelques tailleurs sur mesure pour me trouver les quelques morceaux de linge qui me manque dans ma garde robe… En soirée, une foule immense envahi les rues, c’est le Loy Krathong,une fête célébrée chaque année dans toute la Thaïlande. Elle a lieu lors de la pleine lune du 12e mois du calendrier thaï lunaire traditionnel ; dans le calendrier occidental, ceci se produit généralement en novembre. Loi signifie "flotter". Un Krathong est un petit radeau d’une vingtaine de centimètres de diamètre, taillé dans la section d’un tronc de bananier (bien que les versions contemporaines utilisent souvent du polystyrène), décoré de façon élaborée avec des feuilles de bananier, des fleurs, des bougies, et trois bâtons d’encens etc... Certains y ajoutent également une pièce en espérant en retour bonne fortune, ce qui fait surtout le bonheur des enfants qui iront à la pêche au Krathong une fois la fête terminée. Durant la nuit de la pleine lune, de nombreux Krathongs ainsi réalisés sont lâchés des bords d’une rivière, d’un canal, d’un lac ou d’un bassin.



Jour 3 … Après la routine de l’avant midi, nous élargirons nos horizons. Une grande marche de santé de quelques heures sous un soleil tapant, respirant l’exaust des voitures, nous mène dans le quartier Silom de Bangkok. Sur notre chemin, nous repérons les transports en commun de la ville, soit le Sky train et le métro, ce qui nous sera utile pour les prochaines journées. Nous croisons quelques bidonvilles qui contrastent avec les grattes ciel qui se trouvent juste à coté… pas beaucoup d’attractions touristiques par ici cependant, nous avons un excellent aperçu de la vie des gens de la ville.

 
Nous sommes à la recherche du Suan Luam Night market que nous ne trouverons jamais… peut être ne sommes nous pas assez tard ! Nous finirons finalement notre marche de 6 Kilomètres dans le grand parc urbain Lumphini. On se croirait dans un parc de Chine par ici, un parcours de fitness en plein air y est aménagé, deux lacs remplis de poissons géants que l’on peut nourrir avec du pain vendu par des itinérants, un nombre incalculables de joggers partout dans le parc… Nous prenons un peu de repos sur un banc en regardant la vie des gens!!



À la tombé de la nuit, il faut dire que le soleil se couche vers 17h30 par ici, c’est par le métro que nous rentrons à la maison… La seule ligne de métro de Bangkok est très moderne et se compare facilement à celle de Shanghai (Chine). Rapidement, nous sommes à quelques pas de l’hôtel et passants par notre épicier du coin, nous rentrons pour déguster une bonne salade de roquette !! MIAM ! Une sortie sur le toit pour jouer au tennis, un peu de WEB, lecture et DODO !



La 4e journée fut passé à dormir et prendre du repos… donc passons au jour 5 ! Nous voilà reparti cette fois pour explorer le Chinatown de Bangkok… Pour s’y rendre, un petit détour vers le sud de la ville pour nous permettre d’expérimenter deux autres transports en commun… Premièrement, notre ligne de métro nous amène jusqu’au skytrain… Un petit tour au dessus des rues de la ville où nous avons vraiment un aperçu de l’ampleur de celle-ci. C’est la ville à perte de vue par ici ! Au bout de la ligne du train, ce trouve le système de transport par bateau… En plein centre de la ville, des bateaux se présentent à horaire régulier (aux 10 minutes environ) sur différents quais se trouvant le long de la rivière Chao Praya, qui traverse la ville du nord au sud. Nous prenons l’un de ces bateaux (ferry) pour se rendre six quais plus loin et débarquer en plein cœur de Chinatown. Aucun embouteillage !! Cout total de la promenade en bateau, 0,50$ CAN.



Depuis plusieurs siècles, la communauté de chinois s'est très largement développée à Bangkok et s'est regroupée autour de Yaowarat Road et de Ratchawong Road pour créer le quartier chinois de Bangkok, dès le XVIIIe siècle. Chinatown est d'ailleurs le plus vieux quartier de la ville. Maintenant au cœur du quartier chinois de la ville, nous longeons les ruelles à travers les magasins de bidules de toutes sortes. Y a du monde ici! Tout comme en Chine! Dans ces ruelles déjà très étroites, puisque tout le monde envahie le trottoir pour avoir plus d’exposition, il y a aussi les motos, les charriots de bouffes, les chiens, les camions de livraison, les enseignes rouges et or écrites en chinois, les épiceries chinoises, etc. Après quelques heures à jalonner les rues de ce quartier et avoir manger dans un bon petit resto chinois, nous reprendrons le Metro pour se retrouver prêt de notre hôtel…

Un petit détour vers les stands de babioles de tout genre qui longent la rue Sukhumvit pour y faire quelques achats, un petit tour à l’épicerie et hop nous voilà à la maison… Une autre journée où les jambes nous font mal… Un peu de TV, lecture, WEB, DODO !!

6e jour dans la capitale ! C’est en fin de journée que nous reprenons le chemin vers le night life de Bangkok, le secteur de la rue Patpong… Ici, en journée, point d'activité. Patpong est une petite rue calme, plus précisément deux petites rues calmes (Patpong 1 et Patpong 2) qui récupèrent de leurs nuits agitées. Puis, lorsque le soleil faiblit au bout de Silom road, la vie semble à nouveau s'exalter. Les stands des commerçants se reconstruisent pour que renaisse, à la nuit, le célèbre et infernal marché de Patpong, entouré de ses attractions nocturnes mondialement connues.



Sous les néons blancs des stands de toutes sortes, l'ambiance n'est pas toujours à la fête. Le légendaire sourire thaïlandais ne semble pas toujours être la monnaie d'échange en cours. Les commerçants ne plaisantent guère, ils sont là pour gagner leur vie et pour vendre. Les choses sont claires. Les allées bondées, essentiellement fréquentées par des touristes plus curieux qu'acheteurs, ne sont qu'étalages de souvenirs traditionnels, de vêtements de marques, de montres, de vidéos, de CD... Les prix d'appel de ces articles, en grande majorité contrefaits, sont souvent exorbitants. Mais la négociation s'engage vite à la vue d’un acheteur intéressé qui peut repartir avec l'objet pour le tiers du prix initial. Tout autour, les touristes peuvent succomber aux chants des sirènes asiatiques des gogo-bars. Ils sont nombreux, par ici, et s'affichent pleinement tout comme dans le red light d’Amsterdam…

Après encore plusieurs heures de marches, nous rentrons à la maison… les genoux de David n’en peuvent plus et pour moi, c’est ma hanche qui fait défaut.

Pour en finir avec Bangkok, notre 7e journée sera encore la visite d’un marché… cette fois ci le plus grand de tout le pays … Les Asiatiques ont l'art et la manière de rentabiliser au plus juste l'espace. Surtout lorsqu'il s'agit de commerce. Chatu Chak Market (Jatujak ou JJ Market) en est une parfaite illustration. Le plus célèbre des marchés de week-end de Bangkok est un exemple d'organisation où tout s'imbrique, tout s'agence logiquement, mais sans jamais se mélanger ou se gêner.



Parce qu'il est également le plus populaire des marchés de la Cité des Anges, Chatu Chak attire non seulement les touristes, friands de ce type de concentration commerciale archaïque et conviviale, mais aussi les gens du pays, pour la multiplicité et la pluralité de ses commerces. Dresser une liste exhaustive des articles proposés serait impossible ici. Les onze thèmes, repartis en 27 sections plus ou moins bien structurées, s'étendent, à la pointe du Chatu Chak Park, sur 15 hectares.

Nous reviendrons à l’hôtel 7 heures plus tard avec tout plein de trouvailles à très bon prix … en tout les cas, nous sommes bien content des prix payés et c’est ça l’important !! Une dernière sortie vers l’épicerie pour nous fabriquer encore un excellent repas… Miam !



Nous finirons donc notre séjour à Bangkok avec deux journées de repos au soleil bien installé à la piscine, un peu de gym le matin, un peu de tennis, promenade dans les rues de la ville, la routine …
En fin de journée lundi, un taxi nous attend pour l’aéroport d’où nous partirons pour notre prochaine destination …

Un délice local chinois, la peau de porc rôti... Celle-ci se vendra le gros prix! 
Chinatown, Bangkok


samedi 20 novembre 2010

Thaïlande, le Sud et le Nord



6 Novembre 2010...

Depuis que nous sommes en Thaïlande, nous avons passé du temps sur les îles de Lanta et Phi Phi, pour profiter des plus belles plages et de la mer. Un peu de repos nous fait du bien, nous en sommes bien heureux!

Pour poursuivre dans cette lancée de vacances, nous irons sur l’île de Phuket, à Phuket Town, pour ensuite trouver un autre resort sur une belle plage, plus près de l’aéroport. Sachez que lorsque je parle de resort, ceci n’a rien à voir avec les resorts du Mexique ou des Caraïbes, tels qu’on les connait! Ce sont simplement des hôtels bord de mer. Pas de tout inclus ici! Enfin, pas pour notre budget de routard de luxe!

Phuket est une ville du Sud de la Thaïlande, capitale de la Province de Phuket, qui englobe entièrement l'île de Phuket. Le 13 février 2004, Phuket a obtenu le statut officiel de ville, en dépassant les 50 000 habitants. Elle a subi le tsunami du 26 décembre 2004. En 2007 elle possèdait 75 573 habitants.

Phuket Town n’est pas une ville à couper le souffle, en fait, il n’y a pas vraiment d’attraits touristiques, si ce n’est que des temples et l’excellent resto italiens que nous avons découvert. Au bout de quelques jours de repos, de gym et de bonne bouffe, nous avons trouvé la plage et l’hôtel où nous irons pour les prochains jours.

Naithon Beach. Surement la plage la plus tranquille de tout Phuket! Il n’y a personne! Les resorts sont vides, du moins le nôtre l’est, et c’est très bien ainsi! Au coût de 700 BHT (23$) nous avons droit au transport privé de notre hôtel du centre-ville jusqu’au nouvel hôtel, le Phuket Naithon Resort. Le voici www.phuketnaithonresort.com …

C’est ici le paradis des vagues, parmi les plus grosses que j’ai vu. Magnifique! Notre hôtel n’a rien d’un resort de luxe, mis à part la chambre qui est très bien. La proximité de la plage et la nature qui nous entoure est superbe, pour seulement 2300 BHT (76$). Avis à ceux qui auraient envi de venir faire un tour en Thaïlande, sachez que TOUT se marchande! SURTOUT le prix des chambres d’hôtel. Le prix initial était de 3000 BHT (100$) et nous avons obtenus le rabais par courriel avant d’arriver. En plus, le marchandage est assez facile ici!

Nous n’avons rien prévu d’extraordinaire pour notre séjour ici. Nous désirons profiter de la mer, relaxer au bruit des vagues, avant d’affronter la jungle urbaine de Bangkok.

Première journée à Naithon, plage, lecture, repos total! Une petite visite d’un site vacances exceptionnel, le Naithon Buri, simplement WOW! www.naithonburi.com Seul bémol à cet endroit, il n’est pas situé sur le bord de la mer. En fait, aucun hôtel ne l’est, la route sépare la plage des hôtels.

Malheureusement, la météo n’est pas de notre côté. Pour notre deuxième journée, le ciel est gris. Nous en profiterons pour aller marcher jusqu’à la ville d’à côté, pour prendre un peu d’argent au guichet. Ce n’est pas très loin, environ 7km. Quelques côtes et une route en bon état. Les gens ne marchent pas ici, ils ont tous (ou partagent à plusieurs) un scooter ou une voiture pour se déplacer. Donc, lorsque nous annonçons que nous irons en ville à pied, on se fait drôlement regarder!

Pas encore deux km de marché que le ciel se met à nous tomber sur la tête. Il pleut des cordes! On se réfugie sous le porche d’une petite maison, dont les voisins nous trouvent bien rigolos. Pas de parapluie, pas d’imper… vraiment, nous étions positifs en partant! Au bout de plusieurs minutes, la pluie se calme et nous en profitons pour refaire quelques mètres, jusqu’à la maison bleue, ensuite jusqu’à la maison rose, et jusqu’à ne plus avoir de pluie et marcher d’un bon pas, à monter cette colline que même les véhicules ont peine à monter!

À mi-chemin, on s’informe si nous sommes toujours dans la bonne direction, et encore, les gens sont surpris quand nous disons que nous y allons à pied! De marcher ainsi nous permet de voir toutes sortes de choses, d’explorer plus en profondeur. Et c’est le cas lorsque nous passons devant une plantation d’hévéas (arbres à caoutchouc). Puisque nous sommes un peu curieux, nous allons sur la plantation pour voir de plus près comment ils récupèrent la sève de ces arbres. Nous avons vu des plantations d’hévéas depuis le Laos, mais jamais eu la chance d’en visiter auparavant. La sève est récoltée dans un petit bol accroché à l’arbre, et au fond coagule le caoutchouc. Pas de procédé chimique ou mécanique, l’arbre livre le produit final lui-même!

Tout en continuant notre route, la pluie reprend de plus belle, elle nous force à s’arrêter sur le balcon d’un motel-cabine, pour encore de longues minutes. La dame qui s’occupe de l’endroit nous offre de s’assoir à l’intérieur de l’office, pendant qu’elle repart faire le ménage de ses chambres. C’est en voyant une publicité de Hertz Location d’auto que l’envi nous prend de se louer une voiture et de conduire jusqu'à Bangkok. Le bureau de location se trouve à l’aéroport, la destination finale de cette expédition.

Nous y sommes presque, nous sommes arrivés à la ville, et encore la pluie qui se remet de la partie. Et là, Y MOUILLE! Les rues se remplissent d’eau, les voitures nous arrosent, c’est un peu moins drôle. On s’arrête cette fois sous le porche d’une agence de voyage/location d’auto, encore pour attendre que la pluie diminue. Ce qui n’arrivera pas… Cette fois, la proprio de l’endroit semble prendre pitié de nous et nous propose de nous conduire à l’aéroport gratuitement, puisque un des chauffeurs s’y rend de toute façon. Le dernier km sera un peu plus facile!

Finalement, la location d’auto s’avère bien trop onéreuse, nous prendrons l’avion dans quelques jours pour le nord. Retour à l’hôtel sous la pluie, mais cette fois en voiture. C’est en faisant le chemin à l’envers que nous réalisons à quel point nous avons marché! Belle balade!

Encore une journée de pluie qui s’annonce, mais puisque nous ne sommes pas fait en sucre, nous irons à la plage pour profiter de la mer encore une dernière fois. Les vagues sont gigantesques, on s’amuse dans l’eau comme des ados! Mon maillot a peine à survivre à certaines vagues, tout comme mon équilibre qui semble être parti au fond de la mer. Par chance, nous sommes pratiquement seul…

L'essence est vendu dans des bouteilles d'un litre... toutes les bouteilles sont bonnes... Whisky et Coke, bière ou autres!

En soirée, après plusieurs heures de recherche sur le net pour trouver un hôtel et de bons billets d’avion pour Bangkok, nous décidons de changer de destination et d’aller encore plus au nord, à Chiang Mai.

Chiang Mai (en thaï, la « rose du Nord ») parfois appelé aussi « Chiengmai », est la seconde plus grande ville de Thaïlande, culturellement la plus significative au nord de la Thaïlande et la capitale de la province de Chiang Mai. Elle est située à 800 kilomètres au nord de Bangkok, parmi les plus hautes montagnes du pays. La ville se situe sur les rives de la Ping, un tributaire important du fleuve Chao Phraya.

Ces dernières années, Chiang Mai est devenu une ville de plus en plus moderne, bien qu'il lui manque le lustre cosmopolite de Bangkok. La ville propose beaucoup d'attractions pour les milliers de visiteurs étrangers qui viennent à Chiang Mai tous les ans. La force historique de la ville dérive de son importante situation stratégique près d'une branche méridionale de l’ancienne route de la soie, et longtemps avant l'afflux moderne des visiteurs étrangers. La ville a servi de centre important pour son artisanat, les ombrelles, les bijoux (en particulier argent) et ces sculptures sur bois.

Nous sommes samedi après-midi, nous avons réservé une chambre au Vanilla Place, guesthouse de Mr Kem. Il a même organisé le transport entre l’aéroport et la guesthouse pour nous. Pour la première fois de notre voyage, à notre arrivée, quelqu’un nous attend avec un carton DAVID RANCOURT! Ce qui nous laisse croire que le transport sera bien organisé! Le chauffeur prend nos bagages, nous demande de l’attendre quelques instants puisque sa voiture est « very, very far… »! Après quelques minutes d’attente, un « pick up » rouge s’arrête devant nous. C’est notre moyen de transport jusqu’à l’hôtel.

Ce camion date de plusieurs années déjà, on a de la difficulté à respirer tant il y a de gaz dans l’habitacle… Faites vite SVP! À l’arrivé, c’est Mr Kem en personne qui nous accueille! Il nous donne un service digne des grands hôtels, nous propose des adresses de restos et de tailleurs, nous indique où sont les marchés, nous propose de nous trouver des transports pour nos sorties, etc. Super service! La chambre aussi est très bien, située à l’avant, balcon qui donne sur la rue, petite mais parfaite pour le prix, 1100 BHT (36$) déjeuné inclus! Nous avons réservé pour une seule nuit, nous permettant de juger si nous sommes bien situés.

La faim nous envahie et nous partons à la recherche d’un resto ouvert. La plupart sont fermé entre 14h00 et 18h00. On marche et trouvons finalement un petit resto où la recette du Pad Thaï n’est pas un mystère pour eux! C’est Bon! Juste à côté, un tailleur, Mr Armani… le vrai Armani… oui oui surement… Nous allons y jeter un coup d’œil et jaser avec le type… il s’appelle en fait Mike et est originaire du Népal. Sympathique, il nous offre un bon prix pour un complet en laine et cachemire sur mesure et une chemise. On fouille les tissus et catalogues pour trouver ce qui plaie à David. Après environ 20 minutes chez lui, un autre client passe chercher des chemises qu’il a commandé la veille. Elles lui vont très bien et il raconte qu’il a fait le tour et que c’est ici qu’il a trouvé «son» meilleur rapport qualité prix. Nous irons quand même «woirrer» un autre tailleur, quelques rues plus loin, avant de revenir chez le «VRAI» Armani. Mes souvenirs du temps où je travaillais chez Harry Rosen à Québec refont surface, c’est l’fun du sur-mesure! Et surtout pas cher ici!!! Le premier deal est : 1 complet (veston – pantalon), 3 chemises, 2 pantalons, 1 cravate, le tout pour 300$ CDN. Prise de toutes les mesures du bonhomme et demain, premier essayage en après-midi!

Quel bon choix que d’avoir réservé une seule nuit… La guesthouse est située devant un bar… la musique, le bruit des motos (toutes les Harley Davidson de la Thaïlande devaient être ici ce soir), les cris des filles ivres à la fermeture des bars… Il est 4h00 du matin, David n’a toujours pas réussi à fermer l’œil et moi j’y arrive difficilement aussi.

Malheureusement pour Mr Kem, nous ne renouvelons pas… et à notre sortie «check out», il ne nous pose aucune question, il n’est pas fou et sait très bien pourquoi nous ne restons pas. Deux autres alternatives, le Small Hôtel, ou le Holiday Inn. Après une visite au Small, qui affiche complet, nous nous rendons au Holiday Inn.

On obtient un super prix après avoir discuter avec la réceptionniste, Mlle Pimprapaporn. Oui, c’est son nom… beaucoup de jeux de mots possibles… David se fait un plaisir de la saluer en mentionnant son nom à chaque fois qu’il la croise! Particulier dans un pays où la prostitution est au grand jour… pensez-y…

Nous profiterons de cet hôtel au maximum! Gym et piscine, pas très loin du centre-ville, excellent resto avec énorme choix au buffet déjeuner. Une fois installé à notre chambre, nous sautons dans un Tuk Tuk en direction du Night Market. Les Tuk Tuk de Chiang Mai sont mes préférés de tout l’Asie du sud-est ! Rapide, peu dispendieux (environ 2$ Can pour 4-5 Km), les chauffeurs sont gentils et en plus les véhicules sont mignons et confortables.

Night Market : Suite de kiosques qui longent les rues, marchands itinérants qui offrent de la marchandise de contrefaçon. Tout le faux de la Thaïlande se trouve ici, mais malheureusement, tous les kiosques offrent la même marchandise.

Le dimanche, en soirée, se tient le plus grand marché d’artisanat de Chiang Mai. La plus part des objets fait à la main que l’on retrouve un peu partout en Thaïlande et ailleurs en Asie proviennent d’ici puisque les banlieues de Chiang Mai sont remplies d’usines d’artisanat. Ce marché est vraiment impressionnant par sa grandeur. Des km de rues sont fermés pour accueillir les artisans. Un peu partout les mêmes objets se répètent, mais c’est quand même plus diversifié que d’autres marchés visités auparavant.

Chiang Mai est aussi la ville des temples. Il y a environ 350 temples dans la ville et ses environs quasi à tous les coins de rue. Certains d’entre eux datent de fort bien longtemps. À travers le marché, on découvre un énorme temple, magnifique du XIII e siècle… Les bougies allumées, les dorures à l’extérieur et les buddhas à l’intérieur en font un lieu surprenant. Nous avions un peu délaissé la visite des temples depuis quelques pays, mais celle-ci en vaut la peine. Nous reviendrons demain avec la caméra pour en capturer les images.

Nos journées se résument facilement ici… Déjeuner, repos, piscine, gym, tuk tuk pour aller faire les essaies de David chez le tailleur, souper au Night Market, balade à travers les rues et retour à la maison. C’est pratiquement rendu une routine…

Après déjà quelques nuits dans notre chambre du Holiday Inn, assis bien confortablement dans la portion «salon», une odeur de cigarette se fait franchement sentir… elle provient de la chambre d’à côté, malgré que nous soyons sur un étage non-fumeur. Après plusieurs minutes, David me suggère de faire une plainte à la réception, puisque je crois sincèrement que le voisin a décidé de fumer son paquet en entier! L’homme à qui je parle me dit qu’il peut envoyer la femme de chambre pour vaporiser un parfum dans ma chambre… ou nous propose de nous changer de chambre et descendre au 9ième étage, ce que nous refusons aussi. Face à mes deux refus, désemparé, il me demande ce qu’il doit faire… Je lui dit : Do your job, come knock on their door and tell them they are not allowed to smoke in there… Ce qu’il ne fera pas…

Pendant les dernières minutes de mon appel avec l’employé incompétent, David, de son côté, rédige une plainte écrite au bureau chef de Holiday inn, par le biais de leur site internet. Le lendemain matin, à la sortie du resto après le déjeuner, une dame m’aborde par mon nom, me disant qu’ils sont SO SORRY à propos de ce qui s’est passé hier, qu’ils nous offrent de nous changer de chambre, et d’étage, pour nous installer au 25ième étage, l’exécutif! Nous finirons donc notre séjour à Chiang Mai à l’étage des «Bigs Shots»!!! Surement les deux seuls bigs shots avec 2 t-shirts et 4 bobettes dans leurs valises pour plusieurs mois…!!!

À la fin de la semaine, les vêtements sont parfaits. 3 pantalons, 1 veston, 6 chemises, 1 cravate, boutons de manchette, le tout pour 11300 BHT (environ 375$ CDN) et une valise supplémentaire pour promener le tout, 1000 BHT (33$ CDN). Il y en a au moins un de nous deux qui sera prêt à retourner travailler! Moi, j’attendrai à Bangkok…

C’est le weekend d’un des plus gros festivals de la Thaïlande : le Loi Kratong http://fr.wikipedia.org/wiki/Loy_Kratong La ville se prépare à recevoir toutes ces lanternes volantes dans son ciel. Le plus gros de l’évènement se tiendra dimanche prochain, nous serons déjà à Bangkok. Souhaitons que nous puissions voir quelques lanternes s’envoler dans le ciel même au milieu de la ville…

Le vendredi 19 novembre, après notre check out de la chambre, une heure au gym et prenons ensuite un taxi vers l’aéroport... Notre vol de 15h30 nous mènera vers la capitale, Bangkok, où nous avons réservé, pour 10 jours, une suite avec cuisinette. Nous pourrons enfin faire nos propre repas !! Miam !

lundi 8 novembre 2010

Les Iles du sud de la Thaïlande


Il y a des jours où le sommeil est plus précieux et plus profond… C’est le cas ce matin, mais ce n’est malheureusement pas le bon matin!

Nous avions réglé le réveille-matin à 7h30 pour quitter l’hôtel à 8h30, pour ensuite prendre le ferry de 9h30. Mais avant de dormir, j’ai un peu joué avec le ipod et oublié de remettre le son du haut-parleur. Alors, à 8h30, quand nous avons entrouvert l’œil, il était déjà très tard! À la course, saute sous la douche, fait les bagages, le check out, le taxi (6 RM soit 2$ CAN), réclame les tickets, passe la douane, 9h05, dans le bateau! Pal mal! Le ferry Langkawi (Malaisie) Satun (Thaïlande) coûte 20 RM soit 6,67$ CAN par personne et il y a trois ou quatre départ par jours.

Cette fois, on ne se fait pas prendre et David nous trouve une « cabine privée » à l’avant du bateau. On pourra profiter de tout l’espace voulu et la clim y est un peu moins forte. Nous avons environ une heure de navigation à faire pour se rendre en Thaïlande, à Satun.

Départ retardé par la grande quantité de boîtes à charger sur le bateau, nous quittons le port à 10h00. Une heure plus tard, nous y sommes, en sol Thaïlandais, à Satun, au poste frontalier. Tout est simple et très rapide pour ce passage Malais-Thaï ...

Un homme sympathique nous donne les documents à remplir avant de rencontrer la douanier et quelques bonnes informations sur les différents moyens pour se rendre à Ko Lanta ou à Krabie, ou encore directement à Phuket. Notre décision n’est pas encore complètement prise, nous écrirons Lanta sur notre billet de séjour.

Encore un douanier « fort souriant »! Je reste calme et fais de beaux sourires, malgré son air qui vaudrait une claque derrière la tête! Très peu de questions, ils en ont vu des voyageurs! Et étrangement, c’est assez rapide comme contrôle, nos sacs ne sont même pas scannés.

De l’autre côté, après les douanes, c’est le bassin des revendeurs de transport. Ils nous y attendent tous pour des billets de bus, de mini-van, et pour toutes les destinations. L’homme sympathique que nous avions rencontré de l’autre côté sur le quai est toujours là, c’est à lui que nous ferons confiance pour notre achat.

C’est Ko Lanta que nous choisissons. À bord d’un mini-van, environ 2 heures 30 de route jusqu’au village de Trang, puis changement de mini-van pour un autre deux heures jusqu’au pier de Koh Lanta après avoir pris deux ferry. Les deux traversées ne durant que quelques minutes. Soulignons que la conduite ici est plutôt rapide, tous ces transports se sont fait à une vitesse moyenne de 130 km/h sur des rangs de campagne!!

Enfin arrivé sur l’île de Lanta, nous avons une « pseudo » réservation, mais David tient à faire le tour de quelques autres resorts avant de faire son choix définitif. On se trouve un Billy, qui pour beaucoup trop de Bahts (monnaie locale) nous fait faire pratiquement toute l’île dans la boîte de son pick up! On rigole bien avec lui car il ne semble pas habitué à faire autant de va et viens pour seulement deux personnes… Si nous sommes pour rester ici 5 ou 6 jours, aussi bien prendre un peu de temps pour s’assurer d’être confortable! Les resorts offrent pour la plupart des bungalows sur la plage, les différentes plages sont plus ou moins animées, selon le secteur, et les resorts suivent la tendance. Plusieurs gros hôtels ont vu le jour depuis le tsunami, qui a fait bien des ravages dans cette région en 2004.

C’est après plusieurs visites et près de deux heures de brassage dans la boîte de pick up que nous terminons notre route au Andalay Resort. Endroit magnifique!http://www.andalaylanta.com/ allez jeter un coup d’œil! Tout y est, chambre spacieuse avec vue sur la mer, piscine, resto plage au sable blanc et fin, le soleil… Parfait! Cependant, nous aurons deux jours de température maussade sur cinq, pas grave, on se repose!

Notre séjour à Lanta se résume à quelques sorties au village pour acheter des vivres (fruits et grignotines, beaucoup d’eau!), lecture sur le bord de la mer, baignade dans les vagues et un peu de piscine. Merveilleux les vacances!

Au bout de nos cinq jours, il est temps de bouger! Pour une autre île, pourquoi pas! Destination Phi Phi Island (Ko Phi Phi, Ko signifiant « île » en thaï). Un autre ferry, en après-midi, une heure trente de navigation, pour aller voir « le plus beau de la Thaïlande » selon plusieurs. Le ferry Lanta-Phi Phi départ 8h30 AM ou 1h PM au cout de 450 Baht (15$ CAN) incluant le taxi de l’hôtel vers le pier.

Pour se situer, Les îles Phi Phi (prononcer pi-pi) se situent dans la Mer d'Andaman au large de la Thaïlande (dont elles sont possession), entre l'île de Phuket et le continent. Elles font partie de la province de Krabi. L'île de Phi Phi Don est la plus grande île de cet archipel très touristique. Phi Phi Don est un haut lieu de la plongée sous-marine, elle est aussi particulièrement réputée pour ses vertigineuses falaises calcaires. Cependant, la deuxième plus grande île, Phi Phi Lee, est la plus célèbre bien qu'inhabitée. En effet, ses paysages paradisiaques l'ont fait connaître dans le monde entier et l'archipel est considéré comme l'un des plus beaux au monde. Les autres îles du groupe sont essentiellement des rochers.

En effet, c’est l’entrée pour le Paradis! Eau turquoise, plages blanches … WOW! Ici, pas de route, pas de voiture, que des trottoirs ou des sentiers dans la jungle. Ou encore, les « taxi boats » qui nous mènent aux différentes plages et hôtels. Ils vous laissent sur la plage « beaché » dans le sable, on saute dans l’eau pour débarquer! Pour cet île, nous avions pris soin de réserver en ligne pour la chambre, puisque l’endroit est très populaire et que c’est le début de la saison haute. Nous avons loué un bungalow, au Paradise Pearl Resort (3000 Baht la nuit soit 100$ CAN).  http://www.phiphiparadisepearl.com/  Mais cette fois, pas de vue sur la mer, ce n’est que pour une nuit, nous irons chercher un autre endroit plus tard.

Notre resort est vraiment drôlement divisé. Il y a une nouvelle partie à gauche à l’entrée, une autre partie moins récente à droite, coupée par un autre resort qui fait environ 100 mètres de large, et suivi d’un autre complexe de bungalow, le Paradise Resort. Il semble y avoir eu une chicane d’héritiers sur ces terres! Le 2 e jour, nous changerons de resort pour le Phi Phi Blue Sky qui se trouve juste à coté mais pour un prix bien meilleurs, 1800 Baht (60$ CAN) la nuit pour le bungalow avec vue sur la plage.  http://www.phiphibluesky.com/


Nos journées se résument facilement : bouffe, plage, baignade, repos, bouffe, lecture… et ce, depuis notre arrivée en Thaïlande. Parfois on se laisse tenter par une activité, tel aller prendre une marche à travers la jungle pour se rendre en ville, admirer des grimpeurs sur une paroi des plus abruptes, regarder des singes qui se prennent pour des rois sur les toits des bungalows, et à la vue d’un sac de plastique rempli de bouffe et boissons, ils chargent l’homme qui tient le sac. Face au refus de cet homme à abandonner son sac, les trois singes montrent les dents et semblent vouloir refaire attaque, jusqu’à ce que la dame proprio des petits bungalows se pointe avec son « sling shot » pour les éloigner. Assez impressionnant de voir une ruée de singes descendre d’un toit et chargent sur quelqu’un, je ne me le souhaite pas…

Au cours de notre marche sur l’ile de Phi Phi, nous avons visité l’autre côté de l’île, le quartier des routards et des guesthouses bons marchés. Il était environ 14h00, la plus part des gens que nous croisons ont l’air de sortir du lit, tentant de se remettre d’un lendemain de veille pénible. De plus, la plage n’est pas très propre, des beach bars partout, odeurs de bouffe et de poisson mélangées, on a choisi le bon côté! L’autre côté! Fin de journée, retour à la maison en bateau pour moi et à la course pour David. Demain, départ pour Phuket!

Dernier matin à se lever au bruit des vagues, il fait chaud encore, mais pas de soleil. Nous ne sommes pas pressés de sortir du lit, de toute façon, nous irons déjeuner plus tard pour tuer du temps. Notre départ est prévu pour 14h30 et nous prendrons préalablement un taxi boat pour le pier du village vers 13h30… billet de ferry Phi Phi – Phuket : 250 Baht par personnes (8,33$ CAN) + 100 Baht par personne pour le taxi boat (3,33$ CAN).

Nous partons à bord d’un gros paquebot, rempli de ping pong pour la majorité. Le trajet est d’environ deux heures, ou un peu moins. C’est quand même bien organisé. Selon l’agence avec qui vous avez acheté vos billets, ils vous donnent un collant pour vous identifier. Chaque compagnie de transport est associée à une couleur, puis le représentant de la compagnie du ferry viendra nous voir pour nous vendre le transport à partir du port de Phuket jusqu’en ville, ou à l’endroit de notre choix sur l’ile. Pour nous, ce sera 50 Baht / personne jusqu’à notre hôtel. Les prix sont fixes et correspondent au prix inscrit dans notre guide.

Nous avons réservé au Royal Phuket City Hotel, au cœur de la ville, pour nous permettre de trouver un endroit pour bien profiter des plages de Phuket au cours de la semaine qui s’en vient. On est bien loin des auberges de jeunesse du début du voyage… Nous y réservons la suite business pour quelques dollars de plus… et nous aurons droit au gym, à la piscine et au déjeuner inclus !